Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up Cola veut faire des bulles avec nos SMS pour nous simplifier la vie

Le marché de la messagerie est en plein essor, et la start-up Cola à San Francisco tente de se faire une place dans le secteur de la productivité en créant des bulles interactives qui placent le SMS au centre des interactions.
mis à jour le 27 novembre 2015 à 10H16
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

2,5 milliards d'individus utilisent des applications de messagerie aujourd'hui. Selon le cabinet The Activate Outlook, s'y ajouteront 1,1 milliard de nouveaux utilisateurs en 2018. Entre Whatsapp, rachetée par Facebook pour 22 milliards de dollars, Facebook Messenger, Line ou WeChat en Asie, la compétition est féroce. Cola, une start-up basée à San Francisco, parie sur la segmentation du marché et sur un service de messagerie dédié à la productivité. Un peu comme la licorne Slack, mais pour le grand public. Après avoir levé 1,3 million de dollars, l'équipe de 10 personnes (qui compte plusieurs anciens d'Apple et de Nest) teste une version bêta privée. La date de lancement sur l'Apple Store n'est pas encore précisée.

 

MISER SUR LES SMS

"Les smartphones sont avant tout utilisés pour la fonction SMS, explique le PDG de Cola, David Temkin, un ancien d'AOLDe nombreux pays utilisent massivement le téléphone mobile et c'est le mode d'interaction privilégié." L'application permet d'envoyer des bulles interactives à travers cette fonction SMS pour gérer sa vie quotidienne : prendre un rendez-vous, faire une liste de courses, géolocaliser un ami, demander leur avis à un groupe de personnes, et bientôt suivre le vol d'un ami en temps réel. "Notre but est d'utiliser le moins possible de SMS pour obtenir un résultat comme fixer un rendez-vous, contrairement aux autres applications comme Messenger qui sont basées sur des modèles publicitaires et vous encouragent à passer le plus de temps possible sur l'application," ajoute David Temkin.

 

LA PRODUCTIVITÉ, UN MARCHÉ EN PLEIN ESSOR

"Notre but est de vous faire gagner du temps, on se focalise sur des activités très pratiques et utiles. Les applications de messagerie aujourd'hui misent sur le fun, les emoticon, comme Snapchat", explique le PDG. Selon lui, son marché est loin d'être une niche, et 30% du traffic sur les applications de messagerie est lié à l'organisation. "Nous visons les adultes occupés dans leur vie personnelle et professionnelle, les deux se mélangent de plus en plus. Cela peut être une maman qui veut organiser un co-voiturage ou trouver une baby-sitter", estime-t-il.

 

UNE PLATE-FORME OUVERTE

Si les bulles interactives permettant d'organiser son emploi du temps en un seul message ou de géolocaliser un ami en temps réel sont impressionnantes, le plus intéressant à propos de Cola est son ouverture. Il n'est pas nécessaire d'avoir l'application pour en profiter, c'est-à-dire pour recevoir des bulles par SMS et y répondre. La plate-forme permettra aussi aux développeurs de créer des bulles customisées et de créer de nouveaux usages. Reste à attirer un nombre suffisant de développeurs.

 

MODÈLE FREEMIUM

Mais comment se frayer un chemin jusqu'à l'écran d'accueil des utilisateurs de smartphones ? David Temkin estime qu'il reste de la place. "L'utilisateur moyen possède 2,8 applications tierces de messagerie sur son téléphone" selon lui. Cola teste actuellement sa version en bêta privée. La start-up compte faire grandir son nombre d'utilisateurs gratuits avant de développer un modèle freemium. L'abonnement payant offrira des fonctionnalités spécifiques dédiées à la productivité. Par exemple, la possibilité de l'utiliser sans numéro de téléphone dans le milieu professionnel, pour faciliter la communication en équipe via les adresses email.

 

Contrairement Entefy, qui imagine un futur de la messagerie centralisé, le PDG de Cola prédit un marché divisé en niches : "On va voir l'apparition d'applications très spécialisées comme cela a déjà commencé avec le voyage, ou les loisirs." Reste à voir si suffisament d'utilisateurs voudront donner une chance aux nouveaux venus pour qu'ils survivent.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.