Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up de location de véhicule Carlili lance une offre d'abonnement

Carlili, qui propose de déposer et récupérer le véhicule loué à l'endroit choisi par le client, se lance sur les abonnements mensuels sans engagement. Avec cette nouvelle formule baptisée Carlili max, la jeune pousse entend développer ses services dans huit nouvelles villes françaises dans les 24 prochains mois.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up de location de véhicule Carlili lance une offre d'abonnement
La start-up de location de véhicule Carlili lance une offre d'abonnement © Carlili

Carlili élargit ses horizons. Sur un secteur étant ultra-concurrentiel, la start-up de location de véhicule se différencie avec un positionnement plus premium : un service de livraison et de récupération du véhicule au lieu choisi par la personne. Et depuis fin avril 2019, la jeune pousse étoffe aussi ses offres en proposant des formules d'abonnement mensuel baptisées Carlili Max.

 

Des abonnements mensuels sans engagement

"C'est une nouveauté qui vient des utilisateurs", précise à L'Usine Digitale Vincent Moindrot, CEO de Carlili. Voyant qu'une partie de ses clients a besoin à un moment donné de sa vie d'utiliser un véhicule quotidiennement, Carlili a préféré lancer cette offre d'abonnement plutôt que les voir aller chez un concurrent ou acheter un véhicule.


La jeune pousse propose des abonnements mensuels allant de 200 à 1 000 euros environ. "Une fois que l'utilisateur a choisi son forfait, il n'est pas engagé, contrairement aux offres de leasing qui ont souvent des prix d'appel très agressifs mais sont des offres pour lesquelles il faut payer un premier loyer extrêmement élevé et s'engager sur 36 mois ou plus", détaille Vincent Moindrot. Avec Carlili Max, l'utilisateur peut arrêter ou changer son abonnement à tout moment et n'a pas de premier loyer supplémentaire à payer.

 

L'abonnement, pour séduire de nouvelles villes et de nouveaux investisseurs ?

Déjà présent à Paris et Lyon ainsi que sur leurs grandes couronnes, Carlili espère profiter de sa nouvelle offre d'abonnement pour s'implanter "dans huit nouvelles villes françaises dans les 24 prochains mois", annonce Vincent Moindrot. "La transition vers la non propriété est plus lente dans les villes plus petites", poursuit-il. Mais, notamment grâce à l'éclosion de nouveaux moyens de mobilités, les habitants sont de plus en plus nombreux à désirer ne plus être propriétaire de leur véhicule. En proposant un modèle d'abonnement sans engagement Carlili pense avoir la bonne offre pour que les personnes passent ce cap.

 

Le modèle de Carlili s'inscrit dans l'évolution actuelle du secteur qui tend à faire du "car-on-demand". A ce propos, Vincent Moindrot imagine la même évolution dans le secteur de l'automobile que dans le secteur de l'audiovisuel où l'on est passé d'un support physique avec le DVD à des plates-formes de vidéos à la demande comme Netflix. Demain, le modèle de l'utilisation d'une voiture sera le même que ce soit pour une utilisation ponctuelle (location de courte durée) ou régulière (abonnement). C'est d'ailleurs en mettant en avant ce nouveau modèle d'abonnement et de "Netflix de la voiture" que Carlili – qui cherche à réaliser une nouvelle levée de fonds – espère séduire des investisseurs. "A date, Carlili a levé 1,5 million auprès de business angels et du fonds Argus Innovation", précise Vincent Moindrot.

 

Une forte concurrence

La jeune pousse doit faire face à de nombreux concurrents à commencer par les géants de la location de véhicule comme Europcar Mobility ou Ada. Nombreuses aussi sont les start-up qui souhaitent percer sur ce marché comme l'Américain Getaround, qui a récemment racheté Drivy, sont le modèle repose sur la location entre particuliers.

 

Les constructeurs automobiles, quant à eux, sont en embuscade. Conscients que les nouvelles générations se détournent de la propriété d'un véhicule, ces derniers multiplient la création de services de mobilité allant de l'auto-partage au leasing en passant par la location entre particuliers. A l'instar de BMW et Daimler qui ont annoncé le rapprochement de leurs différents services de mobilité. Mais Carlili est persuadé d'avoir sa place sur ce marché : la mixité de ses offres (location courte durée ou abonnement) ainsi que son service de carsitter lui donnent un avantage face à certains concurrents.

 

Carlili cible aussi les touristes chinois

"Des plates-formes de tours opérateurs chinois nous on approchées", annonce Vincent Moindrot. Face au nombre important de touristes chinois à Paris de plus en plus désireux de visiter des endroits situés à l'extérieur de la capitale, Carlili a accepté de développer une offre dédiée. La jeune pousse a obtenu une subvention de 100 000 euros auprès de la région Ile-de-France pour promouvoir ses service auprès de ces touristes. L'idée est de donner de la visibilité à Carlili en se rapprochant de tour opérateurs. Une fois à Paris, les touristes chinois pourront choisir le véhicule qu'ils voudront, se le faire livrer où ils désirent et se faire expliquer son fonctionnement ainsi que le code de la route français grâce à des carsitter parlant le mandarin. A l'avenir, si ce marché devient très important, Carlili pourrait envisager d'y investir plus d'argent et pourquoi pas de se tourner vers le très populaire réseau social chinois WeChat.

 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale