Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up Fenotek et la PME Noralsy connectent leurs complémentarités dans l’interphonie

La start-up marseillaise Fenotek a conçu un interphone 4G pour maisons individuelles. La PME Noralsy, spécialisée dans les interphones pour bâtiments collectifs, a pris 80% de ses parts pour accélérer l’expansion de ce marché grâce à ses équipes commerciales.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up Fenotek et la PME Noralsy connectent leurs complémentarités dans l’interphonie
La start-up Fenotek et la PME Noralsy connectent leurs complémentarités dans l’interphonie © Fenotek

Avec l’interphone "Hi)" de Fenotek, il est possible de répondre à quiconque sonne à la porte, même sans être présent chez soi ! Relié à internet en wifi ou 4G, équipé d’une caméra haute définition et d’une alarme intégrée, il informe d’une visite attendue (amis, livreur, facteur…) ou redoutée (cambrioleur) en se connectant directement au smartphone de son propriétaire.

Imaginé et conçu par Fenotek, née en 2015 à Marseille (Bouches-du-Rhône), le dispositif cible une clientèle résidant en maisons individuelles. La jeune pousse de 11 personnes l’a principalement déployé sur le sud mais elle souhaitait accélérer le nombre d’installations. En 2019, elle s’est mise en quête d’un partenaire pour l’épauler financièrement et commercialement. C’est avec Noralsy qu’elle a conclu.

Deux activités complémentaires
Cette PME de Chennevières/Marne (Val de Marne) conçoit, fabrique (en France) et distribue depuis 1979 une gamme d’équipements et systèmes d’interphonie et de contrôle d’accès qui lui vaut aujourd’hui de compter 75 collaborateurs pour un chiffre d’affaires de 10 millions d’euros. Elle a acquis 80% des parts du capital de Fenotek afin de mettre en œuvre une stratégie commune, d’abord commerciale, puis industrielle et de R&D.

"Être ensemble fait sens puisque Noralsy cible le marché du bâtiment collectif résidentiel ou tertiaire et que nous nous concentrons sur l’habitat individuel. De plus, c’est une société à taille humaine qui correspond à ce que nous recherchions. C’était le bon timing pour concrétiser ce mariage", explique Bruno Davoine, cofondateur et directeur général de Fenotek, qui a entamé la commercialisation de son visiophone connecté "Hi)" en 2018, après avoir présenté deux prototypes successifs au CES de Las Vegas. La production est conduite avec BSE Electronics, basée au Creusot (Saône-et-Loire).

Visions convergentes
"Nous n’étions pas en position de concurrence, insiste Emmanuel Lévy, président de Noralsy et désormais de Fenotek. Le processus d’intégration s’accomplira progressivement sur nos expertises respectives. Près d’un tiers de notre effectif est constitué de commerciaux qui maillent le territoire de manière exhaustive."

Cette force va être formée pour promouvoir l’offre de Fenotek et accroître ses ventes avec l’objectif de les multiplier par cinq d’ici 2023, révèle le dirigeant. "Des dizaines de milliers de villas se vendent chaque année et peuvent justifier des solutions performantes d’accès et sécurisation, poursuit-il. Hi) apporte une réelle valeur ajoutée. Nous sommes vraiment sur une convergence de visions du marché. La synergie sur la supply-chain s’opèrera dans les trois à six mois puis viendra la R&D qui mobilise chez nous une quinzaine d’ingénieurs."

Pour Fenotek, le deuxième semestre 2020 s’est caractérisé par une forte augmentation de la demande, selon son dirigeant, qui l’attribue au "recentrage" des préoccupations des Français sur l’amélioration de leur maison. Cette évolution constitue aussi une opportunité aux yeux d’Emmanuel Lévy, convaincu que Hi) facilitera aussi l’exercice d’usages professionnels tels que services et soins à domicile, coworking, locations temporaires de meublés…

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.