Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up française Lynx lève 4 millions de dollars pour industrialiser son casque XR

Levée de fonds La pépite française Lynx lève 4 millions de dollars pour accélérer l'industrialisation de son casque de réalité mixte et intensifier ses recrutements. Elle est l'un des rares acteurs européens de ce secteur à fort potentiel, dans lequel les grandes entreprises américaines et chinoises investissent des milliards.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up française Lynx lève 4 millions de dollars pour industrialiser son casque XR
La start-up française Lynx lève 4 millions de dollars pour industrialiser son casque XR © Lynx

La start-up parisienne Lynx annonce ce 25 mai 2022 une levée de fonds en série A de 4 millions de dollars. Elle est menée par Somnium Space, une entreprise britannique qui développe une plateforme logicielle pour le métavers, avec la participation d'investisseurs privés issus pour la plupart du milieu AR/VR. Artur Sychov, fondateur de Somnium Space, rentre au conseil d'administration de Lynx.


Industrialisation et recrutements

Ces fonds vont servir à sécuriser la production des premiers milliers de casques de réalité mixte de Lynx, dont 1200 avaient été réservés sur Kickstarter, suivis de plusieurs autres milliers sous bon de commande. Stan Larroque, fondateur et PDG de Lynx, nous indique que les premières livraisons auront lieu en juillet, et que la distribution se poursuivra jusqu’à septembre.

Ils vont également permettre l'expansion de l'équipe de la start-up, qui compte aujourd'hui 16 employés et qui vient d'ouvrir un bureau à Taïwan. "Nous disposons de locaux de 200 m2 à Paris où s'effectue notre R&D et nous recrutons activement dans tous les domaines liés à notre activité, notamment des ingénieurs en mécanique, électronique et optique", commente Stan Larroque à L'Usine Digitale. Le jeune dirigeant espère faire doubler son équipe d'ici la fin de l'année.

Pour rappel, le Lynx-R1 est un casque de réalité mixte qui fonctionne par passthrough, c'est-à-dire qu'il permet de faire de la réalité augmentée en filmant l'environnement et le retranscrivant sur des écrans, plutôt que d'afficher des éléments virtuels sur un verre semi-transparent. Cette méthode est désormais privilégiée par presque tous les acteurs du marché, y compris Microsoft.

La réalité mixte, un usage à fort potentiel mais encore peu adressé

Le Lynx-R1 offre une résolution de 1600 x 1600 pixels par œil à une fréquence de rafraîchissement de 90 Hz. Son champ de vision diagonal est de 90°. Deux haut-parleurs sont intégrés et un port jack 3,5 mm permet d'y connecter un casque audio. Quatre microphones assurent la capture sonore. La puissance de calcul est fournie par une puce Qualcomm Snapdragon XR2 couplée à 6 Go de RAM. Il dispose de 128 Go de stockage interne, extensibles par carte SD (jusqu'à 1 To). Son principal concurrent sera le projet Cambria de Meta.

Côté software, le Lynx-R1 tourne sous Android 12 et s'appuie sur Open XR. "Nous allons ouvrir autant de choses que possibles pour permettre aux développeurs et entreprises de prendre pleinement l'appareil en main", commente Stan Larroque. Lynx développe par ailleurs sa propre boutique d'applications, qui sera prête d'ici la rentrée pour simplifier la distribution et la mise à jour d'applications tierces. Pour les futurs acheteurs, le casque sera vendu à partir de 800 euros, soit directement sur le site web de Lynx, soit par le biais de revendeurs spécialisés comme Matts Digital.

Une feuille de route solide

Parallèlement à cette mise sur le marché, la jeune entreprise a lancé la R&D de son prochain modèle. "Face aux géants américains et chinois, nous misons sur l'ouverture, l'agilité et surtout le fait de nous concentrer sur l'essentiel, confie Stan Larroque. Nous n'avons pas quatre projets en parallèle, nous savons où nous allons."

Seul regret pour l'entrepreneur : le manque d'intérêt et d'implication des investisseurs en capital risque traditionnels, en particulier sur le marché français. Les projets hardware y sont encore trop souvent perçus comme de simples "gadgets", et ce alors qu'ils sont la pierre angulaire de la société moderne (ordinateurs, smartphones)... Le fait qu'Apple, Meta, Google et Microsoft y investissent chacun des milliards de dollars chaque année (voire chaque mois) n'est d'ailleurs pas un hasard.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.