Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up iSlit veut améliorer les diagnostics ophtalmologiques grâce à l'intelligence artificielle

L’un des fondateurs de la start-up iSlit, ophtalmologue, rêvait d’automatiser les examens de l’œil avec une lampe à fente. C’est désormais chose faite, avec le soutien du laboratoire CIAD de l’université de Bourgogne, à travers le dispositif iSlit Médical.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up iSlit veut améliorer les diagnostics ophtalmologiques grâce à l'intelligence artificielle
Représentation de la base de connaissances d'iSlit. © iSlit

On pause le menton sur le bord, un rayon de lumière pénètre l’œil et l’ophtalmologue pose son diagnostic. Malgré la simplicité apparente, 75% des problèmes ophtalmologiques seraient liés à un mauvais examen de l'œil. Créée en 2020 au sein du start-up studio La Forge, qui en est actionnaire, la start-up iSlit a imaginé un outil, iSlit Médical, pour mieux aider les professionnels à le réaliser.

"Il s’agit de répondre à plusieurs problématiques : fiabiliser les examens pour réduire les conséquences graves que cela peut avoir et répondre aux déserts médicaux d’une part et aux longs délais avant d’obtenir un rendez-vous d’autre part", détaille Christophe Tricot, cofondateur d’iSlit et dirigeant de La Forge. En faisant appel à l’intelligence artificielle, iSlit Médical pourra être utilisé par un ophtalmologue moins expérimenté ou même un médecin généraliste avant que les patients ne réalisent un jour eux-mêmes un pré-diagnostic.
 


Poser le bon diagnostic
"Un diagnostic repose sur un raisonnement scientifique basé sur des signes, des symptômes et des facteurs de risque." Christophe Tricot divise ainsi le rôle de l’intelligence artificielle dans l’automatisation des examens ophtalmologiques en trois axes. Un module de deep learning et de vision par ordinateur réalise l’extraction des signes pour que la lampe à fente reconnaisse toute seule, par exemple, une lésion sur l’œil.

Une technique de traitement automatique du langage (NLP) va analyser les symptômes et accompagner le praticien pour poser les bonnes questions aux patients. Enfin, une programmation logique permet d’aboutir à un raisonnement automatisé que le professionnel de l’ophtalmologie va valider ou refuser, contribuant ainsi à l’apprentissage du module. "L’IA va faire un lien entre les symptômes et les signes et balayer toutes les pathologies, même les cas rares, en s’appuyant sur l’expertise des ophtalmologues qui partagent leurs connaissances en réseau." Une vingtaine de praticiens, en France, en Inde ou en Israël, contribuent à enrichir la base de données.
 


Savoir s’entourer
Pour avoir une expertise et lever dès maintenant les verrous technologiques de demain, iSlit a sollicité le laboratoire CIAD, Connaissance et Intelligence Artificielle Distribuée, équipe associée de l’université de Bourgogne et l’Université de Technologie Belfort–Montbéliard, spécialiste du raisonnement automatisé ou encore de la vision par ordinateur. Pour cela, un contrat de recherche partenariale a été noue? entre l'équipe iSlit de La Forge, l’universite? de Bourgogne et la société d'accélération du transfert de technologies, SATT Sayens. "En ayant dès maintenant des experts, nous pouvons réfléchir à la R&D pour envisager les solutions aux problèmes qui pourraient intervenir et être prêts à les intégrer au produit le moment venu."

Disponible en version bêta, iSlit Médical est disponible pour les ophtalmologues désireux de tester la solution. "Le plus gros défi consiste à changer les pratiques des professionnels alors nous misons sur les collaborations pour concevoir le produit qu’ils vont utiliser." Espérant une commercialisation d’ici un an auprès des établissements de santé, Christophe Tricot, après que La Forge aie investi 300 000 euros, prépare une levée de fonds à six mois avoisinant le million d’euros.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.