Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up israélienne Flytrex lève 40 millions de dollars pour ses drones de livraison

Levée de fonds Vu ailleurs Flytrex, start-up israélienne qui développe un drone de livraison vers les banlieues, veut poursuivre ses développements en attendant d'obtenir les autorisations de la FAA qui lui permettront d'étendre ses opérations aux Etats-Unis.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up israélienne Flytrex lève 40 millions de dollars pour ses drones de livraison
La start-up israélienne Flytrex lève 40 millions de dollars pour ses drones de livraison © Flytrex

La start-up israélienne Flytrex, spécialisée dans les drones de livraison, lève 40 millions de dollars. Une levée de fonds en série C rapportée le 19 novembre 2021 par TechCrunch, qui porte le total des fonds levés par la start-up depuis sa création à 60 millions de dollars.

BRM Group mène cette levée avec la participation d'OurCrowd, Lukasz Gadowski et les investisseurs historiques Benhamou Global Ventures (BGV), btov et BackBone Ventures. A noter que Lukasz Gadowski est le président et fondateur de Delivery Hero, une entreprise allemande spécialisée dans la livraison de repas à domicile.

Une charge de 3 kg
Flytrex pense que les drones de livraison, surveillés à distance par un opérateur, peuvent venir remplacer les coursiers à vélo dans certaines situations. Sont notamment visées les livraisons en banlieues qui, pour être rentables, doivent avoir un prix suffisamment élevé pouvant rebuter le particulier. La jeune pousse mène un projet pilote de livraison par drone à Fayetteville en Caroline du Nord avec Walmart. Pilote qui a été étendu à Raeford.

Le drone de la pépite israélienne est équipé d'une boite de livraison dans laquelle est positionné le colis qui doit être livré. Le drone peut s'élancer jusqu'à 50 km/h et transporter une charge de 3 kg maximum sur une distance de 5,6 km. Une fois arrivé à destination, il dépose la boite contenant le colis à l'aide d'un long fil.

Au-delà du drone en lui-même, d'autres briques technologiques sont essentielles. Par exemple, Flytrex se constitue une base de données importante, rapporte TechCrunch. Les jardins de différents quartiers sont cartographiés afin que le drone sache où voler et déposer le colis en toute sécurité. Flytrex a ainsi amassé des données sur plus de 80 millions de jardins. Enfin, la jeune pousse développe également son propre logiciel de gestion de flotte lui permettant de savoir où se situent précisément chaque drone et de les contrôler.

En attente des autorisations de la FAA
Flytrex souhaite poursuivre le développement de son drone et de ses logiciels en attendant d'obtenir l'autorisation de la Federal Aviation Administration (FAA) pour réaliser des vols de drones au-dessus des habitations, et pour qu'un même opérateur puisse contrôler plusieurs drones. Des autorisations qui lui permettront d'étendre ses opérations aux Etats-Unis. "Nous produisons des aéronefs commerciaux, pas des drones", a déclaré Yariv Bash, le cofondateur et CEO, à TechCrunch, ce qui selon lui a rallongé de 3 à 5 ans le processus d'obtention des autorisations nécessaires.

La start-up israélienne est loin d'être la seule à vouloir imposer son drone pour la livraison à domicile. Wing, la filiale d'Alphabet, a récemment présenté une base de drones de livraison prête à l'emploi et a déjà obtenu l'autorisation de la FAA pour réaliser des livraisons commerciales. Autorisation également décrochée par le livreur UPS ainsi que la division Amazon Prime Air du géant américain de l'e-commerce. Division d'Amazon qui a subi de nombreux licenciements et dont le projet de livraison par drone semble battre de l'aile.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.