Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up LivingPackets va industrialiser son colis connecté

Après des expérimentations avec Cdiscount et Orange en 2019, LivingPackets va lancer à l’automne la production en série de The Box, son emballage connecté et réutilisable
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up LivingPackets va industrialiser son colis connecté
La capacité de The Box est modulable de 2 à 32 litres. © Living Packets

LivingPackets entre dans une nouvelle phase de son développement. La start-up va lancer la production de sa solution The Box, avec laquelle elle entend "révolutionner la livraison de colis." Filiale de la société suisse PA Cotte, LivingPackets a conçu un emballage connecté et réutilisable, aujourd’hui protégé par 35 brevets. Objectif ? Remplacer tous les emballages et matériaux de calage à usage unique utilisés pour la livraison de colis afin de réduire l’impact environnemental de cette activité, tout en la sécurisant.

L’emballage The Box est doté d’un écran qui remplace l’étiquette de livraison, d’une caméra et plusieurs capteurs pour relever la température ou l’humidité. Les différents acteurs de la chaine logistique  - expéditeur, prestataires, destinataire- peuvent ainsi suivre le parcours du colis mais également savoir s’il a été ouvert ou reçu un choc. Sécurisées dans la blockchain, ces informations sont accessibles sur une application. Conçu en polypropylène expansé, The Box est réutilisable jusqu’à 1 000 trajets grâce à une batterie intégrée, avant d’être recyclé.

Intégration dans les chaines existantes

La start-up travaille sur le développement de The Box depuis 2016. Depuis 2019, cette solution a notamment été expérimentée, dans le réseau Chronopost, par Orange et Cdiscount, dont elle rejoint l’incubateur en février 2020. Les différents tests ont permis à LivingPackets de faire évoluer sa solution. "Les retours ont été positifs aussi bien des clients qu’en interne. Car la box s’intègre facilement dans les chaines logistiques existantes. Et qu’elle permet d’expédier tous types de produits avec une capacité de 2 à 32 litres selon qu’elle soit pliée ou non", résume Denis Mourrain, co-fondateur et directeur de la  production de LivingPackets.

Une ligne pilote

Pour assurer la fabrication d’un premier batch de The Box, LivingPackets va démarrer, en juillet 2020, l’installation d’une ligne de montage semi-automatisée. Celle-ci a été conçue avec Europe Technologies, groupe nantais spécialisé dans l’industrialisation de pièces métalliques et composites. "La production doit démarrer à l’automne sur une capacité initiale de 100 000 unités par an. La capacité de cette ligne pilote, voulue agile, pourra être étendue." Le coût d'utilisation d’une The Box est estimé à 2 euros, amorti rapidement par le fait que l’emballage soit réutilisable jusqu’à 1 000 trajets.

La création d’un écosystème autour de The Box

Cette première chaine de production sera installée dans les locaux de PA Cotte France à Sainte-Luce-sur-Loire, en périphérie nantaise. Mais LivingPackets entend aller plus loin et la produire à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires. Pour y parvenir, elle entend s’appuyer sur des partenaires industriels, d’abord en Europe. "Dans une logique environnementale, l’idée est de produire cette solution au plus près des premiers utilisateurs des colis, les acteurs du e-commerce", explique Denis Mourrain.

L’emballage sert pour la livraison, mais aussi après reprogrammation pour un éventuel retour du produit. Des échanges sont en cours avec plusieurs acteurs européens comme Otto en Allemagne, maison-mère de Mondial Remay. LivingPackets espère aussi nouer des partenariats avec d’autres acteurs du marché, notamment les plateformes de revente de ligne entre particuliers. "Ceux qui se sont fait livrer un produit dans une The Box pourront alors reprogrammer l’étiquette pour expédier leurs propres ventes."

Une start-up européenne

LivingPackets emploie aujourd’hui 50 salariés entre Berlin au sein des équipes IT et marketing, et Nantes, où PA Cotte a installé un centre de R&D en 2016. Sur Nantes, Denis Mourrain prévoit 25 recrutements dans l’année pour accompagner le lancement de la production. Plusieurs millions d’euros ont déjà été investis dans le développement de The Box. Soutenu par Bpifrance, LivingPackets aussi récolté 6 millions d'euros via d’une financement participatif. La start-up s’inscrit dans une démarche de profitsharing : elle reversera 50 % de ses bénéfices à ceux qui l’ont soutenu.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media