Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up nantaise Beem Energy veut démocratiser l’autoconsommation solaire

La pépite bretonne Beem Energy a développé un kit de panneaux solaires pour encourager les particuliers à s’ouvrir à l’auto-consommation. Ce concept vient de séduire Boulanger et Leroy Merlin qui vont le commercialiser.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up nantaise Beem Energy veut démocratiser l’autoconsommation solaire
Plug and Play, le kit de Beem s’installe au mur ou au sol. © Beem Energy

Installer soi-même ses panneaux solaires pour produire et consommer son électricité verte ? C’est le pari fait par Beem Energy. Basée à Nantes, la start-up a développé un kit modulable qui se fixe au mur ou au sol d’une habitation. Branché sur une prise, le micro-onduleur du kit transforme le courant direct en courant alternatif afin que l’électricité puisse être utilisée directement.

Un projet débuté en 2019
"L’objectif est d’effacer la consommation fatale, soit l’énergie consommée par les appareils en veille. Un kit Beem de 300 watt de puissance permet de produire l’équivalent annuel de la consommation d’un frigo, d’une box internet, d’une chaine-hifi et de cinq ampoules led", détaille Ralph Feghali qui entend ainsi "démocratiser l’accès à l’énergie solaire, tout en créant une expérience utilisateur inégalée."

Il travaille sur ce projet depuis 2019 avec Pierre-Emmanuel Roger et Arthur Kenzo. 18 mois de R&D ont été nécessaires pour mettre au point cette solution brevetée, dont ils ont déposé le design. Une plateforme dédiée permet de suivre en temps-réel sa production et sa consommation.
 
En GSB dans les semaines à venir
En septembre 2020, Beem a lancé la commercialisation de son kit, en direct, sur Internet. La solution est vendue à 780 €. Si Ralph Feghali mentionne en avoir "plusieurs centaines, notamment ces derniers mois", les partenariats récents signés avec Boulanger et Leroy Merlin doivent permettre à la start-up d’accélérer son déploiement commercial.

Primé par la French Tech au dernier CES, Beem Energy mise aussi sur un réseau de prescripteurs pour lever les freins autour de l’autoconsommation. A Nantes, la start-up s’est organisée pour gérer l’assemblage de son kit, la finalisation et l’expédition des produits. Appuyée par Imagination Machine, l’accélérateur du californien Rob Spiro, la start-up emploie une dizaine de salariés. Elle prévoit, dans les semaines à venir, de renforcer ses équipes commerciales et R&D.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.