Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Placeshaker lève 4,5 millions d'euros pour digitaliser la gestion des chantiers

Levée de fonds Simplifier la gestion des travaux de rénovation. Voici l'objectif de la start-up francilienne Placeshaker qui vient d'annoncer une levée de 4,5 millions d'euros. Elle a développé un logiciel SaaS de gestion des travaux, utilisé dans plus de 2500 chantiers de professionnels et de particuliers. Elle dispose également de Place Rénovation, une activité dédiée aux travaux dans laquelle des chargés d'affaires accompagnent les clients de la première visite à domicile à la réception de l'ouvrage.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Placeshaker lève 4,5 millions d'euros pour digitaliser la gestion des chantiers
Placeshaker lève 4,5 millions d'euros pour digitaliser la gestion des chantiers © Immo Renovation/Unsplash

La start-up Placeshaker, située à Vanves dans les Hauts-de-Seine, annonce ce jeudi 20 janvier une levée de fonds de 4,5 millions d'euros. Le tour de table a été mené par Nextstage AM, Finorpa Gestion, Ouest Croissance (groupe Banque Populaire). 

Le logiciel Articho pour digitaliser les chantiers
Fondée en 2017, Placeshaker s'est spécialisée dans la transformation digitale du BTP. Elle édite le logiciel SaaS "Articho" qui à vocation à optimiser la gestion de projets de rénovation et le suivi de chantiers. Il s'adresse à tous les acteurs du bâtiments souhaitant simplifier la gestion de leurs projets grâce à un portefeuille de fonctionnalités : devis, communication entre les différents acteurs, plans en 3D, stockage des photos, plans et documents, tableaux de bords...

Le logiciel a été utilisé pour la réalisation de "plus de 2500 chantiers" pour les professionnels et les particuliers, explique Matthieu Stefani, co-fondateur de Placeshaker, à L'Usine Digitale. C'est notamment le cas depuis un an d'Immoworks, un cabinet de maîtrise d'oeuvre spécialisé dans la conception, l'aménagement et la rénovation de biens immobiliers.

Pour devenir "un contractant 2.0", l'entreprise a choisi Placeshaker afin de "tout regrouper dans un seul canal de communication" et de bénéficier "d'une unique interface entre nous, nos équipes et nos clients", raconte Gaëtan Gindre, co-fondateur d'Immoworks, à L'Usine Digitale. "Auparavant, nous utilisions plusieurs applications et logiciels : l'un pour faire les devis, l'autre pour la facturation, également WhatsApp et les emails...", ajoute-t-il. Au quotidien, un développeur de Placeshaker crée et enrichit les fonctionnalités du logiciel en fonction des besoins d'Immoworks. 

Une entreprise du bâtiment innovante
Placeshaker a une seconde activité : Place Rénovation. Il s'agit d'une plateforme qui contracte et réalise des chantiers de cuisine, salle de bain et de rénovation complète en mettant en relation les différents acteurs du projet (artisans, fournisseurs, architectes), les prescriptions (assureurs, grandes enseignes de distribution-bricolage...) et les clients finaux. "Nous avons le même modèle qu'une entreprise classique de rénovation, explique Matthieu Stefani. C'est elle qui contracte et assure le chantier.

En pratique, lorsqu'un particulier ou un professionnel souhaite effectuer des travaux, Place Rénovation va envoyer "un pilote" qui – à la manière d'un chargé d'affaires – va effectuer des plans et concevoir un devis intégrant l'ensemble des prestations. Il accompagne ensuite le client jusqu'à la réception de l'ouvrage. Les artisans sont des salariés de Placeshaker ou des sous-traitants, précise le co-fondateur. Ces derniers vont recourir à Articho pour gérer le chantier. 

Ouvrir de nouvelles antennes et recruter
Grâce à cette levée de fonds, Placeshaker – présent en Ile de France – veut ouvrir de nouvelles antennes en Région Centre, Bordeaux Avignon, Montpellier fin 2021 et Nice, Lyon et Nantes en 2022. Un doublement des effectifs est également prévu. Placeshaker emploie à ce jour plus de 38 salariés et collabore avec plusieurs centaines de partenaires, artisans, clients et fournisseurs dont Leroy Merlin, Castorama, Ixina, Arthur Bonnet... L'entreprise dit avoir multiplié son chiffre d'affaires par cinq en deux ans et a atteint la rentabilité en 2020. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.