La start-up Synapse Medicine a développé un assistant virtuel dédié au bon usage des médicaments

La jeune pousse Synapse Medicine a développé Galien, un assistant virtuel dédié au bon usage du médicament. Il a été intégré au site Sante.fr, le service public de l'information médicale. 

Partager
La start-up Synapse Medicine a développé un assistant virtuel dédié au bon usage des médicaments

La start-up bordelaise Synapse Medicine – qui a récemment levé 25 millions d'euros – a été choisie par le ministère des solidarités et la santé. Son outil d'information sur les médicaments a été intégré dans le service public Santé.fr qui a pour objectif de permettre aux personnes d'accéder à une information sur la santé claire, fiable, transparente et accessible.

Un assistant virtuel
Les informations sont délivrées via "Galien", un assistant virtuel dédié au bon usage du médicament. Grâce à un système d'apprentissage automatique, il s'améliore régulièrement pour affiner la compréhension des questions des internautes. Evidemment, les réponses apportées ne se substituent pas à un avis médical.

La bonne information médicamenteuse est une réelle préoccupation de santé publique. En effet, 8 Français sur 10 ont recours à l'automédication. Or, cette pratique présente des risques importants : le mauvais usage du médicament représente chaque année 130 000 hospitalisations évitables et plus de 30 000 décès.

Une plateforme qui a déjà séduit
Synapse Medicine avait déjà séduit. L'Agence nationale de la sécurité du médicament (ANSM) l'a sélectionné pour développer la plateforme "Medication Shield" qui permet de faciliter la gestion de la déclaration d'effets indésirables des vaccins contre le Covid-19. Grâce à un système d'apprentissage automatique, elle est capable de coder ces signalements selon la classification "MedDRA" (le dictionnaire médical pour les activités réglementées) et de les prioriser par ordre de gravité.

Le logiciel de Synapse Medicine a également été choisi pour intégrer un service de suivi à domicile des patients sous anticancéreux oraux, avec l'Institut Bergonié et Exolis. Il permet de s'assurer de la conciliation médicamenteuse entre les prescriptions des pharmaciens hospitaliers et des pharmaciens d'officine.

Fondé en 2017 par Clément Goehrs (CEO), Louis Létinier (directeur médical) et Bruno Thiao-Layel (ingénieur recherche), Synapse Medicine est spécialisé dans le bon usage du médicament. Il a développé un logiciel SaaS d'aide à la prescription médicale dont l'objectif principal est de prévenir les risques iatrogènes, c'est-à-dire l'ensemble des effets néfastes qui peuvent être provoqués par un traitement médical, lors de la prescription, de la délivrance ou de la prise du médicament.

Déjà utilisée par des milliers de professionnels de la santé, la plateforme dispose de nombreuses fonctionnalités : contre-indications, vigilances médicamenteuses, posologie maximale, effets indésirables et interactions médicamenteuses. Elle a récemment reçu la qualification de "logiciel d'aide à la prescription" (LAP), selon le référentiel de la Haute autorité de santé (HAS). Ce label lui permet de se positionner comme une alternative au Vidal Expert et à la Base Claude Bernard (BCB), deux bases de références sur les médicaments.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS