Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up Tok Tok Doc veut expérimenter la télémédecine à grande échelle

Depuis 2016, TokTokDoc a déployé la téléconsultation sur le territoire. D’abord dans les EHPADs, puis au public du secteur médico-social. Parallèlement à une levée de fonds de 5 millions d’euros pour améliorer ses outils technologiques et commerciaux, l’entreprise expérimente l’installation d’infirmières dédiées à la télémédecine dans le Grand-Est.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up Tok Tok Doc veut expérimenter la télémédecine à grande échelle
La start-up Tok Tok Doc veut expérimenter la télémédecine à grande échelle © Patrick Durand

Si la télémédecine permet de réaliser une consultation à distance pour le grand public, elle ne peut répondre aux besoins singuliers des personnes isolées ou dépendantes qu’en intégrant un accompagnement, affirme Laurent Schmoll, chirurgien ORL, directeur médical et cofondateur de Tok TokDoc. "Nous réalisons une télémédecine à forte valeur ajoutée puisque le patient est accompagné par une infirmière, équipée d’un instrument connecté ou pas, pour évaluer et transmettre les résultats au médecin."

Le système est déjà présent dans 300 établissements, majoritairement des EHPADs, répartis sur six régions et est utilisé par 25 000 patients, la crise sanitaire ayant accéléré son développement. A côté du service standard TokTokDoc, l’entreprise a développé l’application TokTokDocLite, qui comme le service initial, permet de réaliser des téléconsultations et des téléexpertises. L’utilisateur accède au chevet du patient, et à toutes les fonctionnalités du service comme la visio, l’envoi de photos et de documents médicaux, la réception des prescriptions et des comptes-rendus via une messagerie sécurisée de santé ou encore un stéthoscope connecté.



De son côté, le médecin dispose en plus d’un module d’aide à la facturation. Grâce à une levée de fonds de cinq millions d’euros en février 2021, la start-up, qui compte déjà 50 salariés, entend développer son outil et accélérer son développement commercial. La Banque des Territoires, Macif Innovation ou encore Swen Capital Partners rejoignent We Positive Invest et le groupe Vivalto au rang des actionnaires. La start-up affiche actuellement un chiffre d’affaires de 1,2 millions d’euros.

Etendre le système
Avec son dispositif "Article 51", le ministère de la santé souhaite expérimenter et innover pour mieux soigner. Parmi les 600 dossiers déposés, 60 ont été retenus, 30 sont en action mais très peu sont ceux qui relèvent du secteur privé comme TokTokDoc et sa policlinique mobile. "Nous créons le métier d’infirmière dédiée à la télémédecine, équipée d’une tablette pour échanger avec le médecin. Véritable manager du soin, elle va recueillir les besoins des établissements, organiser et faire les téléconsultations mais surtout coordonner le suivi. C’est cet accompagnement qui apporte de la valeur."



Dans le cadre du programme d’investissements d’avenir "Territoires d’innovation", TokTokDoc veut passer de huit EHPADs et cinq infirmières répartis sur la métropole de Strasbourg à 18 établissements en recrutant six nouvelles infirmières dans le Grand Est d’ici septembre 2021. Outre une innovation médicale par l’intermédiaire des infirmières en télémédecine, TokTokDoc voit sa solution comme une innovation financière pour le système de santé.

"Les médecins ne sont plus payés à l’acte mais au forfait mensuel pour l’ensemble des patients d’un EHPAD. Il vont ainsi limiter des hospitalisations souvent inutiles." Laurent Schmoll estime à 4,5 milliards d’euros les économies potentielles. "Il y a 8 000 structures en France avec chacune 80 lits en moyenne dont 50% des occupants seront hospitalisés dans l’année, la moitié de ces déplacements s’avérant inutile, pour un séjour de 20 jours en moyenne avec un coût de 20 000 euros par patients."

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.