Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La start-up XRSpace annonce une plateforme de réalité virtuelle sociale et un casque VR dédié

La start-up taïwanaise XRSpace, fondée par l'ancien dirigeant de HTC, lance une plateforme de réalité virtuelle sociale, baptisée Manova, accompagnée de son propre casque VR. Conçue en collaboration avec les opérateurs télécoms pour tirer partie des futurs réseaux 5G, cette offre se pose en rival de l'Oculus Quest de Facebook et de son projet Horizon.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La start-up XRSpace annonce une plateforme de réalité virtuelle sociale et un casque VR dédié
Le monde virtuel de Manova. © XRSpace

La start-up taïwanaise XRSpace a annoncé ce 26 mai 2020 le lancement d'une plateforme de réalité virtuelle sociale, baptisée Manova, et d'un casque VR dédié, nommé Mova. Fondée il y a trois ans par Peter Chou, ancien CEO de HTC (de 2004 à 2015), XRSpace s'est donnée pour ambition de créer un véritable monde virtuel "qui ne se limite pas qu'à des applications distinctes et sans rapport entre elles". Son objectif est de séduire le grand public au-delà des seuls aficionados de jeux vidéo, tout en fédérant autour de son service un écosystème de partenaires attirés par le potentiel de la 5G.

Un casque VR positionné en concurrent de l'Oculus Quest

Son casque de réalité virtuelle autonome, le XRSpace Mova, est doté d'un processeur Snapdragon 845, de 6 Go de RAM et d'une connexion cellulaire 5G en plus du Wi-Fi. Il a été créé en partenariat étroit avec Qualcomm. Peter Chou n'a pas hésité à le comparer sur scène à l'Oculus Quest, l'appareil qui domine le marché à l'heure actuelle.

Le Mova est apparemment 30% plus compact et 20% plus léger (470 grammes contre 585 g), et dispose de la même résolution (2880 x 1600 pixels) mais "avec des pixels 40% plus petits", donnant 702 DPI contre 538. Ce qu'il n'a pas expliqué c'est que cela implique que le champ de vision de l'appareil soit beaucoup plus réduit que celui du Quest, probablement de l'ordre de 90° en diagonale contre 110°. Le taux de rafraîchissement des écrans est par ailleurs de 90 Hz, contre 72 Hz pour le Quest, et il possède une batterie plus conséquente, de 4600 mAh.

 

 

Le tracking se fait à l'aide de deux caméras frontales complémentée par un capteur de profondeur. Le Mova n'a pas de contrôleurs, mais permet de faire de la reconnaissance gestuelle. Dans la vidéo de démonstration présentée sur scène, il nous a semblé que seuls des gestes préenregistrés étaient gérés par le système (et reproduits dans l'application), par opposition au suivi des mouvements en temps réel que permet l'Oculus Quest, mais il ne s'agit que d'une impression de notre part, sans confirmation officielle. Nous avons aussi pu apercevoir des capteurs optionnels à enfiler aux poignets ou aux chevilles pour fournir des informations de mouvements des mains et des pieds. A noter par ailleurs que sur le site web de la start-up, un contrôleur 3DoF est présenté comme étant inclut dans la boîte.

 

 

Sur le papier, le Mova semble assez qualitatif, mais il faudra voir ce qu'il va donner en conditions réelles. La comparaison avec le Quest est assez trompeuse, car ce dernier dispose d’une optimisation de ses performances inégalée sur le marché à l’heure actuelle. De plus, le Mova sera commercialisé pour 599 dollars, contre 399 dollars pour l'Oculus Quest. Il ne fait cependant aucun doute que XRSpace se positionne comme un concurrent direct de Facebook dans le domaine de la réalité virtuelle et augmentée. Et c'est son monde virtuel, Manova, qui est en la preuve la plus concrète. Il s'agit d'un concurrent direct de Facebook Horizon, annoncé en septembre dernier, mais dont la sortie a été repoussée à une date inconnue.

 

 

Scanner sa maison pour la recréer virtuellement

Manova est découpé en espaces privés et publics. Les espaces privés sont les maisons virtuelles de chaque utilisateur, et sont toutes équipées d'un home cinema et d'une salle de réunion privative. Le service dispose d'une fonctionnalité impressionnante de capture d'environnement 3D grâce au casque Mova, ce qui permet à un utilisateur de reproduit sa vraie maison dans Manova. Evidemment, il faudra là-aussi voir la qualité du résultat dans les faits. Une fois sa maison reconstruite, il est possible de la personnaliser avec divers meubles virtuels. On peut ensuite y inviter ses amis pour regarder des films ou des matchs ensemble, et même d'adapter l'éclairage en fonction de l'ambiance souhaitée.

 

Des avatars qui se veulent réalistes

Les avatars de Manova sont présentés comme étant très détaillés et disposant d'une fidélité graphique assez élevée, par opposition au style "cartoon" privilégié dans les applications de VR sociales jusqu'à présent. Il est vrai qu'ils sont plus réalistes que le reste, avec des proportions correctes des pieds à la tête et des textures assez soignées, même si on reste bien loin du photoréalisme. Le style graphique nous a semblé à vue d'œil être du niveau de la génération Xbox 360 / PS3. XRSpace met aussi en avant des expressions faciales naturelles et dynamiques pour les avatars, mais le casque ne détecte pas les mouvements du visage, donc sur quoi sont-elles basées ? Mystère. Lorsque les utilisateurs parlent, les bouches s'animent en fonction des sons, mais l'effet reste assez rudimentaire.

 

 

La salle de réunion privative peut être utilisée pour de vrais rendez-vous professionnels, et dispose d'un pointeur laser, d'un grand écran, et d'un système complet de réservation et d'invitation. Une fois la réunion terminée, un résumé de ce qui s'y est dit est automatiquement généré et envoyé par email aux participants. Une fonction "salle de classe" est aussi disponible, avec une visée éducative, et permet entre autres d'importer des objets 3D pour les examiner sous toutes les coutures.

un monde virtuel lié à une myriade de services

Du côté des espaces publics, on trouve un hub central baptisé le centre ville (City Center). Les utilisateurs pourront y croiser d'autres personnes au hasard. Dans la vision présentée sur scène par XRSpace, il sera possible d'acheter un ticket pour aller au cinéma ou se rendre au stade pour voir une représentation sportive, seul ou avec ses amis. Il y a aussi une boîte de nuit pour danser, acheter à boire et trinquer ensemble, une plage sur laquelle se relaxer, et le Fun Park, une zone regroupant divers mini-jeux à la manière d'une fête foraine.

En parallèle, un espace nommé "Magic LOHAS" est dédié à l'exercice physique et au bien-être. Il propose dix activités : méditation, Tai Chi, yoga, marche, cyclisme, étirements... Elles tirent généralement partie de la réalité virtuelle, la marche pouvant par exemple se faire au fond de l'océan avec des dauphins, et le cyclisme dans des environnements impossibles, avec des compétiteurs éparpillés autour du monde.

 

 

Une stratégie de partenariats avec les opérateurs télécoms

Ce hub central est complété par d'autres espaces commerciaux, l'une des caractéristiques majeures de Manova. L'expérience a en effet été conçue dès le départ pour pouvoir s'adapter à des offres partenaires, à commencer par celles des opérateurs télécoms. Le service sera commercialisé dans un premier temps à Taïwan en collaboration avec Chunghwa Telecom, puis il arrivera en Europe et ensuite aux Etats-Unis. L'un des grands partenaires du projet est l'opérateur allemand Deustche Telekom, qui s'est engagé il y a deux ans dans une joint-venture avec XRSpace.

L'intérêt pour les opérateurs télécoms est d'avoir des services premium à associer à la nouvelle norme de téléphonie 5G. Ils disposent par ailleurs de tout un tas d'offres aussi bien grand public (sports, TV et cinéma...) que B2B qui se prêteront sans doute assez bien à la vision de XRSpace. Parmi les autres types de partenaires que vise la start-up, on trouve entre autres des professionnels du tourisme, de la mode, de l'immobilier (visites virtuelles de biens grâce à la technologie de scan d'environnement), du "lifestyle" et de l'éducation.

 

 

A la recherche de développeurs tiers

Du côté des applications tierces, on trouve quelques jeux, avec deux partenaires annoncés : Resolution Games (Angry Birds, Bait!) et Futuretown (Cloudlands 2), ainsi que des contenus passifs comme AirPano et Getty Images (images à 360°), ou Digital Domain, une entreprise spécialisée dans les effets visuels. XRSpace invite tous les développeurs intéressés par sa "plateforme ouverte" à s'inscrire à cette adresse.

Sur le papier, la vision de XRSpace est prometteuse. S'allier avec les opérateurs télécoms pour arriver vite sur le marché est une stratégie intelligente, et proposer une plateforme ouverte par opposition à la stricte curation qu'applique Facebook à l'Oculus Quest peut sembler une bonne idée. Cependant, l'exécution de cette vision sera la clé du succès, et il n'est pas dit que cette start-up réussisse à battre Facebook à son propre jeu, surtout en ce qui concerne une expérience massivement sociale. A noter au passage que les principes de règles communautaires, de système anti-harcèlement et de respect de la vie privée n'ont pas du tout été évoqués lors de la conférence.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.