Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La stratégie bien rodée de l'État pour recruter des professionnels du numérique

La Direction interministérielle du Numérique lance la 6e édition de son programme "Entrepreneurs d'intérêt général", qui vise à sélectionner des projets de transformation digitale dans les administrations et à faire venir des professionnels de la société civile pour travailler dessus pendant 10 mois. Une opération qui a déjà démontré sa capacité à faire naître des initiatives pérennes.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La stratégie bien rodée de l'État pour recruter des professionnels du numérique
La stratégie bien rodée de l'État pour recruter des professionnels du numérique © DR

Pour réussir sa transformation digitale, l'État a besoin de projets, et il a besoin de talents. Depuis 2016, le programme "Entrepreneurs d'intérêt général" (EIG), conduit par Etalab au sein de la Direction interministérielle du Numérique (DiNum), sert cet objectif. La sixième édition de cette opération, qui vise à recruter à la fois des administrations porteuses de projets et des professionnels de la tech pour les mener à bien, démarre ce lundi 24 janvier.

90% des projets se pérennisent
Cet appel à projets concerne tout type d'administrations, y compris les collectivités territoriales, qui présentent un projet innovant et souhaitent bénéficier d'un accompagnement personnalisé. Parmi les projets ayant bénéficié de ce programme par le passé, figure par exemple Signaux Faibles, lancé par la Direccte Bourgogne Franche-Comté, qui a développé un logiciel prédictif pour détecter les entreprises en difficulté, grâce à un algorithme mesurant la probabilité de défaillance à 12, 18 et 24 mois à partir de plusieurs jeux de données (Urssaf, Direccte, Banque de France…). L'outil a depuis été déployé au niveau national.

On peut également citer Réfugiés.info, porté par la Délégation Interministérielle pour l’Accueil et l’Intégration des Réfugiés, qui a pour but de faciliter leur parcours d'intégration grâce à une plateforme multilingue de simplification des démarches administratives, et qui est désormais intégrée à la coopérative nationale des acteurs de la médiation numérique (Mednum).

"90% des projets sélectionnés dans le cadre des appels à projets se pérennisent", se félicite Corine Waroquiers, responsable du programme EIG à la DiNum. 87 projets ont vu le jour depuis le lancement du programme, principalement dans les domaines de la sécurité, de l'environnement, de la santé, des finances publiques et des activités maritimes. La majorité (45%) sont des nouveaux services destinés aux agents publics. Cette année, la promotion en comptera au maximum une vingtaine.

Dix mois pour faire le job, et plus si affinités
Le deuxième volet du programme consiste à recruter les personnes qui participeront aux projets. Des professionnels venant de la société civile, qui seront recrutés pour des CDD de 10 mois avec le statut d'agent public contractuel. Pas facile de trouver ces compétences rares sur le marché en tension des métiers du numérique, mais l'an passé le programme a tout de même reçu 475 candidatures. "Nous parvenons à attirer les profils que nous recherchons, affirme Corine Waroquiers. Ce sont des professionnels du numérique qui veulent innover dans un cadre qui n'est pas celui du privé, et qui sont très motivés par les sujets d'intérêt général. L'année dernière, 30% des recrutements correspondaient à des profils en  reconversion."

Pour mettre toutes les chances de son côté, ces professionnels sont recrutés à des salaires hors grille salariale des administrations. 3500 euros maximum nets mensuels jusqu'à cinq ans d'expérience, et 4000 euros au-delà. La DiNum cofinance les rémunérations à hauteur de 20 000 euros par EIG. Pour cette nouvelle promotion, elle souhaiterait recruter davantage de femmes sur les profils techniques, avec un objectif de parité.

172 personnes (développeurs, data scientists, designers, juristes spécialisés) ont ainsi été recrutées depuis le début du programme, et leur intégration se passe plutôt bien. "Aucun n'a jamais démissionné, et 64% décident de rester après les 10 mois passés en tant qu’EIG, preuve que cette expérience les incite à placer plus durablement leur expertise au service de l’intérêt général", confie la responsable du programme. En postulant par ce biais, ils savent que leur projet bénéficiera d'un accompagnement et de visibilité.

Booster la marque employeur de l'Etat
L'objectif du programme est néamoins clairement de "muscler le rayonnement" de l'administration, dans un contexte de pénurie des talents. Au sein de la DiNum, une équipe est dédiée à la stratégie de marque employeur de l'État. Plusieurs initiatives ont vu le jour ces dernières années, comme "Vis mon job" en 2020, qui cible les étudiants en Master 2, le Forum de l'emploi tech de l'État depuis cinq ans, et la plateforme Métiers.numerique.gouv.fr, lancée en décembre dernier.

L’appel à projets lancé aujourd’hui auprès des administrations court jusqu’au 18 mars 2022. Dès le 7 mars sera lancé l'appel à candidatures pour les recrutements, ouvert jusqu'au 3 avril. Puis, en septembre 2022, les administrations lauréates accueilleront les candidats retenus par équipe de deux ou trois.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.