Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La succession du patriarche qui dirige Samsung promet d'être plus compliquée que prévu

Actus Reuters La succession de Lee Kun-hee, le patriarche à la tête de Samsung, pourrait être plus compliquée que prévu : l'une des filiales du conglomérat sud-coréen, Samsung Heavy Industries, a renoncé le 19 novembre à absorber Samsung Engineering pour quelque 2 milliard d'euros, car les actionnaires se sont opposés à l'opération, qui devait pourtant contribuer à préparer le départ du patron du groupe.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La succession du patriarche qui dirige Samsung promet d'être plus compliquée que prévu
La succession du patriarche qui dirige Samsung promet d'être plus compliquée que prévu © Baycrest - C.C.

Samsung Heavy Industries a renoncé le 19 novembre à absorber Samsung Engineering pour quelque 2 milliard d'euros en raison de l'opposition des actionnaires, alors que l'opération devait aider à préparer la succession de Lee Kun-hee, le patriarche à la tête du plus important conglomérat sud-coréen. Lee Kun-hee, 72 ans, est hospitalisé depuis le mois de mai 2014 à la suite d'une crise cardiaque et les investisseurs attendent depuis de voir comment le contrôle de la galaxie Samsung va être transféré à son fils Jay Y. Lee et aux deux soeurs de celui-ci.

L'opération avec Samsung Engineering visait à simplifier la structure du chaebol afin de préparer au mieux le partage entre les différents héritiers de Lee, mais elle était compliquée par le fait que la famille n'a pas de participation directe dans les deux firmes, qui elles-mêmes ne détiennent pas d'actions de Samsung Electronics, la pièce maîtresse du conglomérat. Samsung Heavy Industries, le numéro deux mondial de la construction navale, proposait de prendre le contrôle de Samsung Engineering, spécialisé dans les projets pétrochimiques et énergétiques, pour créer un ensemble plus large et plus pertinent.

une alerte pour la restructuration de Samsung

L'abandon du projet pourrait faire dérailler tout le processus de restructuration du conglomérat sud-coréen. "J'attends des dirigeants du groupe Samsung qu'ils gardent à l'esprit l'intérêt des actionnaires dans leur restructuration", a déclaré Kim Sung-soo, gérant chez LS Asset Management. "L'annonce d'aujourd'hui sonne comme une alerte pour la restructuration de Samsung qui a été jusqu'ici réalisée de manière unilatérale", a renchéri Chung Sun-sup, directeur général du cabinet d'études Chaebul.com.

"Cela indique que les actionnaires pourraient mettre un frein aux décisions qui sont annoncées si elles vont à l'encontre leurs intérêts", a-t-il ajouté. Dans un communiqué, Samsung Heavy Industries et Samsung Engineering ont déclaré qu'ils envisageraient de nouveau une fusion après "avoir pris en compte la situation du marché et l'opinion des actionnaires".

Les actions des deux groupes sont en perte de vitesse à la Bourse de Séoul depuis l'annonce de la fusion en septembre. Le 19 novembre, le titre Samsung Engineering a fini sur un plongeon de plus de 9%, touchant un plus bas de cinq ans et demi. L'action Samsung Heavy Industries de son côté a chuté de 6,4%.

Avec Reuters

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media