Actualité web & High tech sur Usine Digitale

La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation

Twitter Facebook Linkedin Google + Email
×

Après avoir sorti son portes-clés Beacon permettant de retrouver un trousseau égaré, la start-up bretonne Ticatag explore d'autres pistes pour permettre de localiser des objets dans l'espace. Avec des applications pour le grand public et les professionnels.

La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation
La tactique de Ticatag : perfectionner ses balises de localisation © Ticatag

Essaimage d'Alcatel-Lucent basé à Lannion, Ticatag ne manque pas d'idées pour permettre de localiser simplement des objets. Ses premiers travaux se sont concrétisés avec la commercialisation du "TiBe", une mini-balise à fixer à ses clés pour les retrouver facilement lorsqu'elles sont égarées. 3 000 exemplaires de ce porte-clés communicant conçu et fabriqué en Bretagne ont été écoulés. Une version 2 améliorée sortira avant Noël  et sera présentée en janvier au CES, où la petite entreprise se rendra pour la première fois.

un porte-clés mais pas seulement

Contrairement à d'autres balises de géolocalisation, TiBe utilise le protocole iBeacon pour communiquer. "L'un des avantages, c'est que les développeurs peuvent facilement s'approprier l'objet en utilisant l'API d'Apple (concepteur du protocole iBeacon, NDLR), commente Yann Mac Gary. Il est donc assez aisé de détourner le porte-clé de sa fonction initiale et d'utiliser ses capacités de localisation pour tout autre chose. L'université de Rennes et Total ont utilisé TiBe pour des projets de recherche, par exemple. C'est cette technologie qui a été adaptée pour les lunettes géolocalisables Teou d'Atol, pour lesquelles une nouvelle fonction a été développée : la recharge par induction.

Mais tout en croyant fort au potentiel de l'iBeacon, Ticatag est conscient de ses limites. "Il y a beaucoup de promesses en matière de géomarketing, d'émission d'informations contextuelles dans des lieux culturels…", explique Yann Mac Gary.  "On a mené un test dans un musée et on s'est rendus compte que ça ne fonctionnait pas. Un Beacon par salle ça passe, au-delà on a du mal à les différencier.  Il y a un manque de précision".

Ticatag explore donc d'autres voies en travaillant sur les  technologies Sigfox et UWB (ultra wide band) et envisage des applications B2B (notamment de réalité augmentée) en particulier pour des industriels. Un prototype sera présenté au CES, où Ticatag espère gagner en renommée et identifier de nouveaux partenaires.

Sylvain Arnulf

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

media

Les cookies assurent le bon fonctionnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies.OK

En savoir plus
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale