Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La technologie Li-Fi testée dans la salle d'opération d’un hôpital de Prague

Testé dans une salle d’opération de neurochirurgie de l’hôpital de Motol, le système Li-Fi a réussi à transférer des données à un débit pouvant atteindre jusqu’à 600 mégabits par seconde, et ce sans perte complète de signal grâce un réseau de 24 canaux.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La technologie Li-Fi testée dans la salle d'opération d’un hôpital de Prague
La technologie Li-Fi testée dans la salle d'opération d’un hôpital de Prague © Fraunhofer Institute for Telecommunications

Une équipe de chercheurs issus du Fraunhofer Institute for Telecommunications (HHI) de Berlin et de la Czech Technical University (CTU) de Prague a publié les résultats d’un test concluant sur l’utilisation de la technologie Li-Fi dans un cadre médical. A l’occasion d’un événement qui s’est achevé le 12 mars à San Diego, en Californie, l’équipe est revenue sur cette expérimentation menée dans une salle d’opération de neurochirurgie de l’hôpital universitaire de Motol, situé à Prague, en République Tchèque.

 

Le Li-Fi est une technologie sans fil qui utilise la lumière pour transmettre des informations. Cette méthode de transmission de données pour certains plus fiable et rapide que le Wi-Fi. Son inconvénient est cependant qu'elle nécessite une ligne directe entre l'émetteur et le récepteur, sans obstruction possible sous peine de perdre le signal. Pour pallier ce problème, les chercheurs ont installé quatre émetteurs et six récepteurs Li-Fi, positionnés le long des côtés de la table d’opération de la salle, pour un total de 24 canaux possibles reliant émetteurs et récepteurs.

 

Le Li-Fi pour transmettre des données aux dispositifs médicaux ?

Selon le rapport, le système Li-Fi a réussi à transférer des données à un débit pouvant atteindre jusqu’à 600 mégabits par seconde, et ce sans perte complète de signal. Or si le Wi-Fi est aujourd’hui privilégié pour soutenir la connexion des appareils médicaux, les chercheurs avancent que ceux-ci "peuvent interférer les uns avec les autres, ce qui entraîne alors une perte de connexion". Si le Li-Fi peut lui aussi être victime d’interruptions, l’installation de 24 canaux permet d’assurer une continuité en cas de blocage par le passage d’un médecin ou d’un infirmier.

 

Le rapport précise qu’avant ces travaux, "aucune étude expérimentale du Li-Fi ne s’était déroulée dans un cadre médical. C'est la première fois que nous effectuons des mesures réalistes [dans un environnement médical]", explique Sreelal Maravanchery Mana, l’un des chercheurs. D’autres tests devraient suivre pour envisager l’utilisation de cette technologie pour transmettre des données aux dispositifs médicaux utilisés lors d'une chirurgie.

 

A noter que le Fraunhofer Heinrich Hertz Institute soutient un consortium européen constitué d’entreprises et de partenaires universitaires et à l’origine du projet ELIoT (Enhance Lighting for the Internet of Things). Son objectif est de développer d’ici à 2022 des solutions, via la technologie Li-Fi, destinées à l’Internet des objets grand public.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media