Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La théorie du double business model

Ex-directeur commercial de relaxnews et de My Little Paris, Thomas Barret a décidé en 2015 de créer son entreprise. Ambition : ré-enchanter nos matins, avec sa gamme d’accessoires siglés The Morning Company. Chose peu commune, il choisit dès le début de son aventure de tenir un carnet de bord, afin de partager ses premiers pas et ses péripéties d’entrepreneur. L'Usine Digitale publie, chaque semaine, ses récits.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La théorie du double business model
La théorie du double business model

Vous êtes prêt ? Vraiment prêt ?

 

Ok. Vous avez 30 secondes pour répondre à la question suivante.

 

Attention…. Top !

 

"Bravo, vous avez créé votre entreprise. Néanmoins son développement s’avère un peu plus lent que prévu. Par conséquent, vous ne pouvez (toujours) pas vous payer. Que faites-vous ?"

 

1) Je m’en fous, je suis rentier

2) Ben j’arrête et je cherche un boulot pardi

3) Je dégote un moyen de gagner un peu de sous en parallèle

4) Je fais une levée de fonds et je me paye (un peu) avec

 

[tic, tac, tic, tac… driiiiiiing !]

Très bien. Passons aux résultats. Une personne normalement constituée et sensible à son époque, aura opté pour la réponse 4. C’est la solution qui est dans l’air du temps. Du coup, force est de constater que moi… je fonctionne à l’ancienne. Car j’ai opté pour l’option 3.

 

Alors oui, hein, bon, évidemment, certains au fond de la salle ne manqueront pas de manifester leur désaccord avec ce choix, à grand coups de "Quelle erreur ! Il va se disperser ! Une hérésie !" Bah oui, mais non. Je pense qu’il n’est pas absurde de scinder les business models. Au moins pour un temps.

 

Avoir d’un côté un business model personnel (des prestations freelance - maximum 4 jours par mois) et de l’autre un business model de startup, aka The Morning Company – qui ne (sup)porte pas les impératifs financiers personnels. Objectif : se donner du temps et optimiser l’argent disponible.

 

Ceci dit, le corollaire de tout ça, c’est que plus que jamais il faut utiliser au mieux chaque café, chaque heure… Allez, j’y retourne.

 

Quelques chiffres du reste de ma semaine :

5400 euros de CA pendant le pop-up store

1 très bel article dans Le Figaro

12 reprises (dont Libé) de la dépêche AFP sur The Morning Company

6 jours travaillés sur 7 (eh ben ça fatigue)

 

Thomas Barret, néo-entrepreneur

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale