Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La transformation digitale est l'affaire de tous dans l'entreprise... enfin presque

Analyse L'enquête Ifop pour Sia Partners et Econocom révèle la réalité de la transformation digitale au sein des entreprises. Quels collaborateurs sont concernés ? De quelle façon ? Comment font les entreprises pour les embarquer dans ces projets d'envergure, sont quelques-unes des questions éclairées par les résultats de cette étude. 
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La transformation digitale est l'affaire de tous dans l'entreprise... enfin presque
La réalité de la transformation numérique au travail a été estimée par une enquête réalisée par l'Ifop. Les résultats ont de quoi surprendre. © D. R.

Qui fréquente les salons spécialisés es numérique le sait : pas de transformation digitale sans mobilisation des ressources humaines. La tendance en cette rentrée est même d’aller un cran plus loin en transformant la condition suffisante en condition nécessaire. Autrement dit, la transformation digitale réussira si et seulement si le DRH est mobilisé.

 

Voilà pour les paroles, qu’en est-il des actes ? L’étude réalisée par l’Ifop pour Econocom et Sia Partners les révèle. Sur les déclarations d’intention, on retrouve dans les chiffres ce que nous chante la petite musique de la rentrée. Si, pour 31 % des entreprises la transformation digitale est d’abord orientée vers les clients, 17 % considèrent qu’elle concerne d’abord les salariés. Le solde, soit 52 % des entreprises interrogées, estime que cela concerne autant les uns que les autres. Cette dernière proportion monte à 71 % pour les entreprises du Cac 40 faisant partie de l’échantillon et descend à 43 % chez les firmes B to C.

 

Le CDO un accélérateur de recrutement de profils numériques

Conséquemment - puisque selon la formule consacrée "il n’est de richesse que d’Hommes" - 64 % des entreprises ont créé des postes en lien avec le digital. Pour 34 %, ces postes ont été pourvus grâce à des recrutements externes et pour 30 % grâce à des formations et des changements de postes.

 

Précision intéressante mise en avant dans les résultats de l’étude : parmi les entreprises où un CDO a d’ores et déjà été nommé, le taux de firmes ayant créé de nouveaux postes atteint 85 % (plutôt grâce à des recrutements externes 55 %).

 

DES FORMATIONS ENCORE  ÉLITISTES

Rien d’étonnant si les firmes recourent à des recrutements externes, les formations au digital restent réservés aux tops managers et aux commerciaux. Ainsi, 34 % des personnes interrogées ont indiqués avoir fourni des formations numériques aux cadres dirigeants et aux managers, 29 % aux commerciaux, 27 % aux personnes en contact avec les clients et 26 % aux cadres non dirigeants.

 

Globalement, si 66 % des entreprises ont mis en place des formations sur le digital, elles ne sont dispensées à tous les salariés que dans seulement une entreprise sur cinq. Les formations les plus dispensées concernent les outils et les équipements digitaux disponibles dans l’entreprise, suivis par des formations aux bonnes pratiques liées à l’utilisation du numérique et des séminaires de sensibilisation sur les enjeux de la transformation en cours. Sur ce dernier point, le secteur des services est à la pointe, et particulièrement les banques et l’assurance (75 % ont eu de tels séminaires) ou l’ingénierie conseil (72 %), une part qui chute à 47 % dans l’industrie.

 

Une transformation souvent à 2 vitesses

L’observation des résultats sur les catégories professionnelles équipées de mobiles confirme l’impression d’une transformation digitale à deux vitesses. A moins qu’il ne s’agisse d’un contresens, la transformation digitale devant concerner tout le monde ou personne, mais c’est un autre débat.

 

Ainsi, l’équipement mobile est encore un outil statutaire (96 % des top managers et 87 % des managers le sont) ou commercial (85 %). Dans seulement 29 % des entreprises interrogées, tous les collaborateurs sont équipées. Les outils mobiles offrent un accès aux services pratiques internes ou aux outils métiers dans 70 % des cas. Ils offrent une interaction avec le client pour 56 % des firmes interrogées.

 

pas d'indicAteurs clairs

Une ultime question jette une ombre sur l’ampleur réelle de la prise de conscience. Dans 54 % des entreprises, on ne mesure pas la satisfaction des salariés quant à l’utilisation des équipements digitaux. 20 % déclarent l’avoir fait une fois et 26 % seulement le font régulièrement.

 

Loin des discours lénifiants sur le rôle stratégique des RH dans la transformation digitale, cette dernière reste dans de nombreuses entreprises une action pensée d’en haut pour améliorer l’efficacité commerciale avant tout.

 

Une question générale posée dans l’enquête fournie un début d’explication à cet apparent paradoxe. 35 % des entreprises interrogées indiquent que le manque de ressources financières est un frein au processus de transformation, ce qui en fait le principal obstacle. 29 % pointe la faiblesse ou la méconnaissance du retour sur investissement. Entre les deux, figurent la résistance au changement (35 %) ou les problématiques de sécurité (30 %), deux arguments qui ressemblent à des alibis. 

 

Note méthodologique : baromètre réalisé auprès de 330 entreprises françaises de plus de 500 salariés, dont plus de la moitié des entreprises du CAC 40. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media