Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

A Nevers, Apex Drone veut transformer le marché de la vidéoprotection

L’entreprise nivernaise Apex Drone veut augmenter les capacités technologiques des forces de l'ordre. Elle a développé une technologie de contrôle et surveillance par drone à distance ainsi qu'un système de vidéoprotection sans fil et des caméras piétons à l’autonomie et la portée renforcées.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

A Nevers, Apex Drone veut transformer le marché de la vidéoprotection
A Nevers, Apex Drone veut transformer le marché de la vidéoprotection © Apex Drone

En passant par la 4G et la 5G LTE, les drones conçus par Apex Drone (en partenariat avec des entreprises israéliennes et chinoises) peuvent désormais être contrôlés depuis n'importe où. "D’habitude, les drones se limitent à une connexion 2,4 GHz. En utilisant ces réseaux, nous pouvons contrôler un drone et sa nacelle à l’autre bout du monde en ayant l’image sur notre ordinateur", précise Laurens Byrs, dirigeant d’Apex Drone, société basée à Marzy (Nièvre).

L’application conçue par l’entreprise et ses partenaires permet de géolocaliser et gérer jusqu’à 32 drones depuis un même ordinateur. Si cette solution se destine aux forces de sécurité publique, privée et militaire, elle n’est pas encore disponible en Europe. "La réglementation inquiète et freine ces utilisations", regrette Laurens Byrs.

Pour les villes françaises
Pour que les villes françaises profitent de sa technologie, Apex Drone a donné naissance à Cybèle, une caméra de vidéoprotection repositionnable. "Les caméras présentes actuellement dans les villes sont identifiées, tout comme leurs angles morts et les façons de les détruire. Par ailleurs, elles sont reliées de façon filaire à un centre de sécurité urbain où il faut se rendre pour consulter les images."

Pour remédier à ces inconvénients, Cybèle est une caméra sans fil que les autorités peuvent déplacer au gré des besoins. "En amont d’une manifestation ou d’un évènement, sur un site identifié pour des trafics, les caméras Cybèle peuvent être installées à tout moment et déplacées dans une même journée. Cela limite la multiplication des caméras dans la ville", s’enthousiasme Laurens Byrs. Sans fil, leur installation ne nécessite en effet aucun travaux de voirie et élimine la nécessité d’un centre de sécurité urbain.

"Les personnes autorisées, qui détiennent les codes nécessaires, peuvent recevoir directement les images et le son, chiffrés, sur leur ordinateur, tablette ou téléphone." Insistant sur les économies potentielles réalisées avec son système, le dirigeant précise que les caméras existantes peuvent aussi être connectées au système Cybèle. Grâce à son GPS, la caméra Cybèle indique en temps réel le lieu et l’heure de prise de vue des images tandis que sa vision infrarouge assure une surveillance nocturne. Le système devrait bientôt équiper la ville de Nevers.

Une caméra piéton plus performante
Alors que l’équipement en caméras piéton pour la police se généralise, Apex Drone a transposé sa technologie sur ce type d’appareil, lui aussi destiné dans un premier temps aux forces de l’ordre de Nevers. "Notre système Cerbère dispose d’une autonomie de 16 heures, plus que les autres solutions présentes sur le marché", se targue le dirigeant. Géolocalisable, elle vise aussi à remplacer l’utilisation de talkie walkie grâce à une portée là encore étendue par les réseaux 4G et 5G.

Disponibles avec la vision infrarouge, les images des caméras Cerbère sont enregistrées sur un serveur extérieur pour lequel Apex Drone s’est associé à Atrium Data, spécialiste de la construction de data center avec certification TIR 4. Si les deux systèmes s’adressent d’abord aux collectivités, ils intéressent déjà les sociétés de sécurité pour leurs agents ainsi que les industriels désireux de mieux sécuriser leurs sites et de dépasser les limitations imposées par le wifi.

Voir plus loin
Laurens Byrs a également conçu un système de casque avec visière utilisant l’intelligence artificielle pour exécuter de la reconnaissance faciale. "L’affichage se fait en sur-impression et peut s’avérer utile pour vérifier les autorisations d’accès à un site, même si une personne se fait voler son badge."

D'après le dirigeant, l’innovation d’Apex Drone pourrait également scanner les clients à l’entrée d’un magasin pour identifier les personnes atteintes de la Covid-19. "Malheureusement, cette procédure est interdite en France. Nos principaux obstacles sont d’abord réglementaires et administratifs plus que technologiques." La Nouvelle-Zélande, l’Australie, Israël ou encore la Chine sont déjà équipés.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.