Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

[La Vigie avec Artefact] Elon Musk City, Wikipédia et la pub, et quand l'IA a la mémoire qui flanche...

Vidéo Tous les quinze jours, l'Usine Digitale vous propose une veille à l'intersection de la technologie et de la création réalisée par Paul Grunelius de l'agence Artefact. Cette semaine, on méditera sur l'esprit Wikipédia, sur une carte interactive qui remplace les villes par le nom des stars (ah les vacances chez Elon Musk) ou sur l'IA qui pourrait venir à la rescousse des studios d'Hollywood...
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

[La Vigie avec Artefact] Elon Musk City, Wikipédia et la pub, et quand l'IA a la mémoire qui flanche...
Et si l'avenir d'Hollywood passait par ces IA qui aident à produire des films. l'avenir ou la fin ? © Cinelytic Graphic

Cette semaine dans la Vigie : Wikipédia qui se protège d’une marque, l’Amérique des célébrités, l’IA à Hollywood et un algorithme qui s’oublie.

 

Perdre le nord

Les photos qui illustrent les articles de Wikipédia apparaissent toujours dans les premiers résultats d’une recherche Google. D’où cette idée de l’agence Leo Burnett au Brésil pour son client The North Face : remplacer les photos d’une dizaine de lieux touristiques du pays par des clichés mettant en scène les produits de la marque. Ingénieux, économique, redoutablement efficace : le plan avait de quoi séduire. Mais c’était trop vite oublier la culture communautaire et non-lucrative de l’encyclopédie en ligne. Trop mises en scène, trop ouvertement commerciales, ces photos jurent avec l’esprit de Wikipédia. L’initiative a été reçue froidement par les utilisateurs et les modérateurs de la plateforme qui se sont empressés de rétablir les images d’origine.

 

© The North Face

 

 

Le Nom des gens

Wikipédia toujours, mais sur un sujet moins polémique. Grâce aux statistiques de consultation des pages du site, les équipes de The Pudding ont développé une carte alternative des Etats-Unis. Le concept : remplacer le nom de chaque ville par celui des personnalités (originaires ou ayant vécu dans lesdites villes) les plus recherchées sur Wikipédia. C’est ainsi que Los Angeles, Chicago et Baltimore deviennent respectivement Elon Musk, Barack Obama et Tupac Shakur (et que l’on voit une Amérique des villes laisser place à une Amérique de la célébrité).

 

© The Pudding

 

Once Upon A Time In Hollywood

En l’espace de vingt ans, les plateaux de cinéma américains sont devenus des environnements incroyablement complexes, techniques, partiellement robotisés. Paradoxalement, la production n’a pas suivi la même tendance et reste une affaire de chiffres simples et de flair. Pour aider Hollywood à entrer dans l’ère de la data, plusieurs start-up ont développé des solutions à base d’intelligence artificielle visant à optimiser le rendement des films. Ces outils, qui utilisent des décennies de données de box-office, permettent aux producteurs de tester différentes hypothèses (de casting, de thèmes, de distribution) et d’en voir les conséquences probables sur le succès en salle. Une manière pour Hollywood de combattre Netflix sur le terrain de la donnée.

 

 

 

 

© Cinelytic

 

Extinction des feux

On a déjà vu par le passé des exemples d’utilisation de réseaux antagonistes génératifs (les fameux GAN) à des fins artistiques. Le schéma est classique : un algorithme de machine learning qui apprend à partir de millions d’exemples à générer une forme donnée. L’originalité du projet "What I saw before the darkness" est qu’une fois le visage d’une femme créé par l’intelligence artificielle, l’artiste a progressivement éteint le programme. L’on voit ainsi l’IA peu à peu oublier ce à quoi ressemble un visage et sombrer dans les limbes informatiques.

 

What I saw before the darkness from AI Told Me on Vimeo.

 

Bonus : Pour limiter l’utilisation de sacs en plastique, ce magasin de Vancouver a eu une idée embarrassante.

 

Paul Grunelius (@PaulGrunelius), Senior Strategic Planner, Artefact

 

Les avis d'expert sont rédigés sous la seule responsabilité de leurs auteurs et n'engagent en rien la rédaction de L'usine digitale.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media