Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

La virtualisation des stations de travail : un modèle d'avenir pour l'entreprise ?

L'entreprise se virtualise : après le réseau ou le stockage, c'est au tour des stations de travail, ces ordinateurs puissants optimisés pour la CAO 3D notamment. Quelles opportunités pour quelles entreprises dans ce secteur encore naissant ?
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

La virtualisation des stations de travail : un modèle d'avenir pour l'entreprise ?
Une station de travail Dell à l'oeuvre dans la fabrication d'un modèle d'impression 3D © Dell

Après les postes de travail, le stockage ou les serveurs, la virtualisation pourrait maintenant révolutionner le domaine des stations de travail, ces ordinateurs puissants optimisés pour des logiciels de création assistée par ordinateur en 3D notamment. Quelles entreprises pourraient en bénéficier, et comment ce secteur peut-il changer la vie des professionnels ?

Avantages et inconvénients pour les entreprises

Les stations de travail, utilisées notamment pour des logiciels gourmands en data et en qualité graphique, comme la création assistée par ordinateur par exemple (mécanique, montage de film...) se virtualisent à leur tour. Pour les petites entreprises, sans grosse infrastructure informatique, le coût nécessaire à la virtualisation, le datacenter notamment, peut être rédhibitoire. Le déploiement de la virtualisation nécessite également un réseau interne de qualité.

Une question se pose pour prendre une décision stratégique : à quel point les données de l'entreprise sont-elles sensibles ? La collaboration entre équipes à distance est-elle cruciale ? Il s'agit aussi de déterminer les besoins des utilisateurs, en termes de données, et de CPU (processeurs) et GPU (processeur graphique) notamment. Pour une entreprise qui dispose déjà de serveurs, et dont les données nécessitent une sécurisation accrue, la virtualisation prend tout son sens.

Répondre à un besoin de sécurité

Gary Radburn, qui dirige le département de virtualisation des workstations de Dell, que L'Usine Digitale a rencontré lors du lancement du centre d'excellence de Dell, au Texas, explique : "la virtualisation semble être motivée par un besoin de sécurité [des données], et l'endroit le plus sûr dans l'entreprise c'est le data center". Par ailleurs, la virtualisation pourrait résoudre le problème d'élasticité lié aux stations de travail. Pour une entreprise qui fonctionne par "projets" - pour un avion à construire par exemple -  la station de travail est plus difficile à réutiliser, étant assignée de façon fixe. La virtualisation permet d'utiliser les serveurs pour différents projets.

Selon Gary Radburn, la virtualisation en règle générale a dépassé le stade expérimental et devient plus courant. "La technologie mature depuis 2 ou 3 ans", ajoute-t-il, et dans le domaine des stations de travail particulièrement, il s'agit maintenant de tester et vérifier les hypothèses. Dell souhaite clairement se positionner en leader de ce domaine le plus tôt possible, afin de disposer d'un avantage compétitif dans un secteur qui pourrait aider l'entreprise à survivre à la crise du PC.

Vers un modèle à la carte ?

Un modèle se dessine, celui du "workstation as a service", qui permettrait de louer les services de virtualisation des stations de travail, au lieu d'investir dans un datacenter. Idéal pour des PME par exemple. On peut imaginer des partenariats entre les fournisseurs de cloud privé, et les entreprises spécialisées dans le hardware des stations de travail comme Dell. Les PME et les start-up pourraient en profiter si ce service s'étendait au cloud public.

Cette transition "à la carte" n'est toutefois pas à l'ordre du jour, car elle nécessiterait que les éditeurs de logiciels permettent des schémas de licences pour la location, comme Adobe l'a fait avec Creative Works par exemple. L'industrie n'est pas encore prête, mais les géants informatiques vont s'y mettre tôt ou tard, comme Dell qui y réfléchit sérieusement pour l'avenir, selon Radnuk.

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale