Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Lalamove, le Uber de la livraison BtoB, lève 300 millions de dollars pour conquérir l'Asie

Levée de fonds La jeune pousse spécialisée dans la livraison à la demande pour les professionnels a annoncé jeudi 21 février 2019 un tour de table de série D de 300 millions de dollars. Une augmentation de capital destinée accroître son développement en Asie, où Lalamove revendique plus de 28 millions d’utilisateurs depuis son lancement en 2013.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Lalamove, le Uber de la livraison BtoB, lève 300 millions de dollars pour conquérir l'Asie
Lalamove, le Uber de la livraison BtoB, lève 300 millions de dollars pour conquérir l'Asie © Lalamove

300 millions de dollars, soit plus de 264 millions d’euros. C’est le montant de la dernière levée de fonds, annoncée jeudi 21 février 2019, de Lalamove auprès de Hillhouse et Sequoia China. Parmi les autres investisseurs figurent les partenaires historiques ShunWei Capital (société fondée par le PDG de Xiaomi, Lei Jun - Xiang He Capital) et MindWorks Ventures tandis que Eastern Bell Venture Capital et PV Capital rejoignent le cercle.

 

Cette augmentation de capital a pour objectif de pousser le développement de la start-up en en Asie du Sud-Est et en Inde, et fait entrer de manière officielle Lalamove dans le club des licornes, ces jeunes pousses dont la valorisation dépasse un milliard de dollars. Selon une source interne, la start-up était néanmoins toute proche de ce montant. Cet argent frais va également couvrir des investissements consacrés à de nouveaux services dans des villes chinoises déjà couvertes, comme des solutions de financement permettant à des conducteurs d’acquérir un véhicule. Cette levée porte à plus de 460 millions de dollars le montant des fonds levés à ce jour par Lalamove, après une clôture de 100 millions de dollars de la série C fin 2017.

 

Chauffeurs et véhicules aux couleurs de Lalamove

Créée en 2013 par Shing Chow et basée à Hong Kong, Lalamove s’est spécialisée dans le service de livraison à la demande via une application souvent comparée à Uber. Son service de géolocalisation permet d’appeler un transporteur, particulier ou professionnel, pour un trajet donné, à un point de départ donné. Promesse : l’arrivée d’un transporteur dans les 5 minutes suivant la commande. elle se différencie du leader américain par son offre, dédiée aux professionnels opérant en milieu urbain, à savoir chauffeurs de camions, voitures et motos. Les véhicules sont affrétés en fonction du volume, de la taille et de la nature de la marchandise. Autre différence : les chauffeurs sont identifiables par une tenue aux couleurs de la société, tout comme les véhicules de la flotte.

 

En Chine continentale, elle couvre plus de 130 villes avec un réseau de plus de deux millions de chauffeurs. Elle est également présente à Hong Kong (sous son nom d’origine EasyVan), Taïwan, au Vietnam, en Indonésie et Malaisie, à Singapour, aux Philippines et en Thaïlande, où elle s’appuie sur le réseau social Line. Lalamove revendique 3 millions de conducteurs à ce jour et plus de 28 millions d’utilisateurs depuis son lancement.

 

Un marché  favorable pour la livraison BtoB

Aux yeux des experts, le succès de Lalamove repose sur un contexte favorable. Le marché de la livraison BtoB est considéré sur ce secteur comme plus stable que le transport de particuliers à la demande en raison d’un meilleur taux de fidélisation, et moins sensible à la guerre des prix que ce livre actuellement les grands acteurs VTC. Elle s'explique par ailleurs par les bonnes performances de la société qui s'est concentrée sur le défi du dernier kilomètre, un enjeu majeur pour les professionnels qui utilisent la solution de Lalamove comme un dispositif complémentaire à leur propre logistique.

 

Côté concurrence, Lalamove doit compter sur la présence de GoGoVan, son grand rival historique lancé également en 2013, soutenu par Alibaba et fusionné en 2017avec 58 Suyun, une société chinoise de logistique, pour une valorisation totale d’un milliard de dollars.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale