Lancer sa marque, c’est comme arriver en soirée, il faut définir à l’avance son univers

Ex-directeur commercial de relaxnews et de My Little Paris, Thomas Barret a décidé en 2015 de créer son entreprise. Ambition : ré-enchanter nos matins, avec sa gamme d’accessoires siglés The Morning Company. Chose peu commune, il choisit dès le début de son aventure de tenir un carnet de bord, afin de partager ses premiers pas et ses péripéties d’entrepreneur. L’Usine Digitale publie, chaque semaine, ses récits.

Partager
Lancer sa marque, c’est comme arriver en soirée, il faut définir à l’avance son univers

Sincèrement, j’ai tout essayé. Ça, au moins, on ne pourra pas me le reprocher. J’ai commencé par quelques regards désapprobateurs discrets. Dont j’ai vite constaté l’inefficacité. Je suis alors passé au lancement de contre-feux discussionnels, afin d’orienter la conversation vers un territoire moins risqué. Là encore, échec cuisant.

J’ai donc fini par utiliser la seule arme qu’il me restait pour éviter le désastre imminent : j’ai proposé qu’on quitte la soirée. Et à ma grande surprise, mon ami a accepté. Naïvement, j’ai cru que le pire avait été évité.

Mais non.

Il en avait décidé autrement.

A quelques minutes du départ, il n’a pas pu s’en empêcher : il a fait la blague de trop.

Les conséquences, on l’imagine, furent dramatiques. Regards gênés, rictus narquois, silence de plomb. Vous imaginez Bernard Cazeneuve racontant une blague de Toto ? Eh ben pire encore. Un désastre, vous dis-je. Il parait même que Patrick Sebastien veut en faire une chanson. C’est dire.

Pourtant, quand on arrive dans une soirée, on a toujours deux stratégies possibles.

#1 La stratégie du Pierre Moscovici

Philosophie : keep calm and play safe.

Tactique : observer et reproduire pour mieux s’adapter et séduire.

Objectif : ne faire mauvaise impression à personne.

La botte secrète : apporter des verres pour gagner en popularité.

La phrase typique : "Exactement. J’ai justement lu dans un article que…"

#2 La stratégie du Bernard Tapie

Philosophie : comme à la maison.

Tactique : aucune.

Objectif : être soi, même si certains n’accrochent pas.

La botte secrète : surtout ne rien filtrer – toute pensée doit être partagée bruyamment.

La phrase typique : "Vous savez pas ce qui m’est arrivé l’autre jour !!!"

Mon pote, visiblement, avait choisi la #2. Sans nuance.

Le fait est que lancer sa marque, c’est un peu comme arriver en soirée. Il faut définir à l’avance sa stratégie et son univers. Et trouver un équilibre entre crédibilité et personnalité. Un univers de marque sobre sera plus rassurant, plus crédible et parlera au plus grand nombre. A contrario, un univers de marque fort, très inspiré par la personnalité du créateur d’entreprise, émergera mieux – mais sera forcément plus polarisant.

Et à deux semaines du lancement de mon site, c’est un sujet forcément… d’actualité. Qui demande, d’ailleurs, pas mal de réflexion. Combien de moi je mets dans The Morning Company ?

Du boulot en perspective.

La brosse à dent Marie-Antoinette

D’ailleurs, après tout, y a pas de raison que je sois le seul à bosser ici. Vous ! Oui, vous, là, devant votre écran. Vous allez me filer un coup de main. Vous allez me dire ce que vous pensez du texte ci-dessous, qui sert de description synthétique de ma (future) brosse à dents.

La brosse à dents à laquelle vous allez vous attacher

Se sentir élégant(e) en se brossant les dents au réveil, ça vous arrive souvent ?

Si la réponse oscille entre jamais et trop rarement, jetez un œil à Marie-Antoinette, la 1ère brosse à dents haut de gamme en palissandre, 100% made in France, personnalisable.

Le détail qui tue ? La tête de Marie-Antoinette, l’une des meilleures du marché, est détachable.

Vous allez enfin pouvoir vous attacher à votre brosse à dents.

Enfin, sauf si vous l’offrez à votre mère.

Allez, soyez sympas ! Donnez-moi votre avis sur ce texte ici.

Pour le reste de ma semaine, ça donne à peu près ça :

1 concert d’ACDC (Aïïïïïïe, ouais tout elle !).

3 mails que j’aurais préféré ne pas recevoir.

2 matinées "hotline" pour faire avancer les prototypes au forceps.

8 500 euros de dépenses engagées à date (gloups et re-gloups).

Très belle fin de semaine à vous, et à mercredi prochain !

Thomas Barret, néo-entrepreneur

Ce billet a également été publié sur le blog de l’auteur : The Morning Challenge

Les avis d'experts et points de vue sont publiés sous la responsabilité de leurs auteurs et n’engagent en rien la rédaction.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS