Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le barreau de Toulouse pousse son incubateur de start-up

Mis en place depuis quelques mois, le nouvel incubateur du barreau de Toulouse monte en puissance. Les trois premières start-up ont été sélectionnées et des projets de développement sont dans les tuyaux.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le barreau de Toulouse pousse son incubateur de start-up
Le barreau de Toulouse pousse son incubateur de start-up

L'Incubateur du barreau de Toulouse, créé officiellement il y quelques mois à l'initiative d'un petit groupe de jeunes avocats toulousain et avec le soutien du conseil de l'ordre de Toulouse, dont il est une émanation, prend ses marques.

 

Des permanences pour les start-uppers

Dès sa création, le nouvel Incubateur a mis en place un rendez-vous mensuel dans ses locaux de la maison de l'avocat, à Toulouse, à destination des porteurs de projets de startups. Ceux-ci peuvent venir exposer leur projet et trouver, gratuitement, des conseils juridiques pour accompagner le montage de leur entreprise et le lancement de leurs produits ou solutions innovantes. Une vingtaine d'avocats du barreau de Toulouse se sont déjà portés volontaires pour assurer bénévolement cette permanence. Droit des affaires, droit social, droit de la consommation, conseils sur les partenariats privé-public, propriété intellectuelle... Tous les conseils sont disponibles.


Favoriser le développement d'outils numériques dédiés à la profession

L'Incubateur, dont la mission est de favoriser le développement de nouveaux outils numériques dont les avocats pourraient avoir l'usage, souhaite également apporter un accompagnement plus soutenu à certaines startups. Pour lancer cette nouvelle activité, il vient de sélectionner trois premiers projets, à l'issu d'un concours où les finalistes ont été auditionnés par un jury composé de membres de l'Ordre des avocats, ainsi que de représentant de la Banque Courtois et de la Société de Courtage des Barreaux (SCB-LPA).

Le premier prix a été décerné au projet Law-In visant à développer une plateforme dédiée aux TPE et PME, pour leur faciliter l'accès à l'expertise juridique, avec questions en ligne, visio-conférences, prise de rendez-vous... Un prix du bâtonnier a été remis à la start-up toulousaine Skeep, qui vient de développer une application mobile disponible depuis quelques semaines qui permet à ses utilisateurs de protéger leurs données personnelles sur internet (désabonnement aux newsletters, gestion des accès aux données personnelles via les comptes de réseaux sociaux...).

Ces deux projets vont bénéficier d'une année complète d'accompagnement juridique. Le premier prix a par ailleurs reçu un chèque de 1000 euros et sera accompagné pendant 6 mois par l'accélérateur de startups Momentum, mis en place à Toulouse par le centre de co-working Lab'oïkos. Un prix coup de cœur a aussi récompensé le projet AvoVeilles, porté par 5 élèves avocats, qui prévoit de centraliser sur une application web l'ensemble des formations continues en droit à destination des avocats, magistrats, huissiers et notaires. Ce projet toulousain vient d'ailleurs d'être repéré à l'échelle nationale par le CNB (Conseil National des Barreaux).


Vers une mutualisation de moyens et le développement d'outils open source

"Nous avons également l'ambition de lancer quelques grands projets collaboratifs visant une mutualisation des moyens et des outils numériques", précise Jean-Marc Lacoste, avocat au barreau de Toulouse, docteur en droit privé, lui-même développeur de solutions informatiques et en charge du pilotage de l'Incubateur du barreau de Toulouse.

Un premier outil est en cours de développement pour faciliter l'accès en ligne aux formulaires d'aide juridictionnelle. "Nous nous intéressons aussi aux problématiques de la justice prédictive et d'outils d'aide à la décision", souligne Jean-Marc Lacoste. "Certains logiciels commencent à faire leur apparition sur le marché, mais ils sont souvent chers et parfois conçus au seul bénéfice d'une partie, comme c'est le cas pour certains projets développés au seul bénéfice des assureurs". L'idée de l'Incubateur de Toulouse est de favoriser une approche collective et open source afin de rendre ces outils accessibles à tous et de s'assurer du respect de la neutralité des parties.

 

Un réseau national des Incubateurs

Pour accélérer ces projets et créer de nouvelles dynamiques à l'échelle nationale, un tout nouveau RNI (Réseau National des Incubateurs) vient de voir le jour à l'initiative de 6 premiers Incubateurs des barreaux de Paris, Lyon, Marseille, Toulouse, Bordeaux et Renne. Le barreau de Montpellier, dont l'Incubateur sera créé dans quelques jours, devrait rejoindre très vite ce réseau national. 

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media