Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le bisontin MC Robotics fabrique un robot industriel

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le bisontin MC Robotics fabrique un robot industriel
Mathieu Charles (à droite) a créé un robot économique.

Tout est parti d’une passion. Celle de Mathieu Charles, automaticien-roboticien chez un installateur. "C’est fascinant de regarder une machine anthropomorphe réaliser une trajectoire rectiligne, se réjouit-il. Comme je ne supporte pas de ne pas comprendre, je me suis amusé à construire un petit robot." Le jeune homme de 24 ans se prend au jeu, améliore son prototype. Et finit par démissionner pour créer MC Robotics, avec l’aide de quatre partenaires, en juillet 2013. Il investit ses économies, s’initie à la gestion d’entreprise à l’incubateur de Franche-Comté, obtient un prêt d’honneur complété par un prêt bancaire. Dans quelques semaines, il lancera la commercialisation de l’Izac, un robot industriel 6 axes supportant une charge de 5 kilos avec une répétabilité de 0,1 millimètre.

La PME achète moteurs, mouvements (chez Igus) et cartes électroniques, assure l’installation de la partie logicielle chez elle à Besançon (Doubs) et sous-traite la fabrication chez Plimétal à Chaux-la-Lotière (Haute-Saône). Principaux atouts de l’Izac : son prix (20 000 euros) et son faible coût d’utilisation. "Notre savoir-faire se trouve dans le langage de programmation Open Robot, précise Mathieu Charles. Il suffit de deux jours de formation à un technicien." Pour faire connaître son robot, il tente un pari : laisser en téléchargement libre le logiciel de programmation qu’il a rendu compatible avec la plupart des robots du marché. Une manière de prouver aux entreprises la justesse de l’approche, pour vendre ensuite le robot ou l’interface portable et tactile, elle aussi universelle. Les retours des entreprises qui testent l’Izac rendent l’entrepreneur optimiste. En ce moment, il constitue son réseau de revendeurs tout en préparant un petit frère à son premier-né, plus petit et moins cher.

Patrice Desmedt

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale