Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le bitcoin banni de Russie, le début de la fin pour la star des monnaies virtuelles ?

Après la Chine et l'Inde, la Russie a interdit l'utilisation du bitcoin à son tour. La plus célèbre des monnaies virtuelles apparait de plus en plus critiquée. Pour certains économistes, elle s'apparente à une véritable manipulation. Et la menace d'un effondrement à court terme de son cours pèse toujours sur ses utilisateurs.

Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le bitcoin banni de Russie, le début de la fin pour la star des monnaies virtuelles ?
Le bitcoin banni de Russie, le début de la fin pour la star des monnaies virtuelles ? © @Antana - Flickr c.c.

Le bitcoin déchaîne les passions. Si pour certains la plus célèbre des monnaies virtuelles représente une alternative séduisante aux moyens de paiement traditionnels, elle s'apparente pour d'autres à une véritable arme de manipulation massive. La plus importante plate-forme d'échange de bitcoins, Mt.Gox, a annoncé le 11 février qu'elle suspendait de manière indéfinie les retraits après avoir découvert une "activité inhabituelle", de quoi alimenter les doutes autour de cette devise électronique.

Une monnaie interdite dans plusieurs pays

Qu'est-ce-que le bitcoin ?
Le bitcoin a été inventé en 2009 dans le sillage de la crise financière par un informaticien qui souhaitait créer une monnaie ne dépendant d'aucune banque centrale ou institution financière, ce qui entraîne des frais de transactions limités. Cette monnaie virtuelle peut être échangée en ligne contre des devises officielles (euro, dollar, yen ou autre) ou utilisée pour des achats, sans risque de manipulation par les banques centrales et sans frais bancaires, vantent ses partisans. Ses détracteurs dénoncent sa forte volatilité et son usage pour des activités criminelles comme le blanchiment d'argent sale.
A travers le monde, de plus en plus d'autorités monétaires ont, en tout cas, banni l'utilisation du bitcoin, lui reprochant la forte volatilité de son cours et son utilisation pour des opérations de blanchiment d'argent ou d'achats de produits interdits. Le 10 février dernier, la Russie a ainsi rejoint la Chine et l'Inde dans le groupe des pays anti-bitcoin. Les grandes nations apparaissent toutefois divisées sur ce sujet : cette monnaie a, par exemple, un statut légal en Allemagne et aux Etats-Unis.

Le mythe du bitcoin

Les récits d'internautes qui se sont enrichis en revendant à prix d'or des bitcoins achetés quelques temps auparavant - son cours était par exemple passé de 200 à 700 dollars entre octobre et novembre en 2013 - entretiennent le mythe autour de cette monnaie. Mais pour Georges Ugeux, spécialiste de la finance, ce n'est pourtant qu'un château de cartes prêt à s'écrouler.

Sur son blog "Démystifier la finance", l'économiste va jusqu'à comparer le bitcoin à un schéma de Ponzi, un mécanisme - rendu célèbre récemment par Bernard Madoff - où les nouveaux investisseurs permettent de payer les rendements aux anciens : "il n’y a aucune réalité économique ou financière derrière le bitcoin : seulement une valeur de convenance entre parties", estime-t-il.

Effondrement à court terme

Interrogé par FranceTVinfo, Georges Ugeux prédit "une crise à court terme du bictoin". Il ajoute que "le jour où ceux qui ont mis la main sur énormément de bitcoins avant qu’il explose décideront d’encaisser leurs profits, le système s’effondrera. Et avec un marché qui pèse 10 milliards et demi de dollars, comme aujourd’hui, la tentation est trop grande pour que ce scénario ne se produise pas."

Une violente charge contre la monnaie virtuelle. Mais les défenseurs répliquent en indiquant que les phénomènes spéculatifs sur le bitcoin restent marginaux et que son utilisation reste avant tout liée à des transactions bien réelles avec l'avantage de ne pas être sous le contrôle des banques et des autorités monétaires. Pourtant à en croire les Cassandre, le caractère dérégulé du bitcoin - et qui explique en grande partie son succès - pourrait aussi causer sa perte.

Julien Bonnet

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

1 commentaire

go4
13/02/2014 17h18 - go4

c'est vrai que y a danger pour le bitcoin, le cours est sous les 500 euros maintenant..( Bitcoincours.com )

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale