Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le brestois CHR Group veut devenir leader des solutions digitales pour la restauration

Avec l’acquisition d’Adoria au groupe Accor, CHR Group s’ouvre, toujours sur le marché de la restauration, à un nouveau segment. Et conforte ses ambitions.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le brestois CHR Group veut devenir leader des solutions digitales pour la restauration
CHR Group se positionne déjà comme leader sur le marché de l’HACCP digitalisé. © CHR Group

A Brest, CHR Group veut devenir "le fournisseur incontournable de solutions digitales destinées à optimiser la gestion, la performance et la conformité du secteur de la restauration". Implanté sur ce marché depuis 2013, le groupe brestois a déployé, sous la marque ePack Hygiène, une solution tactile permettant aux professionnels de gérer la traçabilité de leurs démarches liées à l’hygiène et à la sécurité alimentaire, ou HACCP.

Le rachat d'Adoria, un coup d'accélérateur
Déjà leader sur le marché de l’HACCP digitalisé, la société veut aller encore plus loin. Une stratégie dans laquelle elle est accompagnée depuis le printemps 2020 par le fonds NewAlpha Verto qui a acquis la majorité du capital de l’entreprise fondée par Yves Rallon.

En mai 2021, CHR Group a acquis auprès du groupe Accor la société Adoria (40 salariés – 3,3 millions d'euros de chiffre d'affaires) et sa plateforme d’optimisation du niveau de service et de la rentabilité des approvisionnements des professionnels de la restauration.

Celle-ci est déployée sur 4 000 sites de restauration commerciale et collective en Europe. Président du directoire de CHR Group, Yves Rallon ne cache pas son ambition sur un marché très concurrentiel. "Nous avons trouvé avec Adoria, une équipe d’experts et une technologie avancée conçue pour obtenir des résultats immédiats. Nous offrons aujourd’hui une des solutions les plus complètes du marché", explique Yves Rallon, à l’initiative d’ePack Hygiène.

Des passerelles par API
Car si les deux entités conservent leur indépendance, leurs solutions logicielles sont complémentaires avec des passerelles mises en place pour accompagner la digitalisation du secteur. Toujours dans l’optique de compléter l’offre d’ePack Hygiène, des partenariats ont aussi été actés avec des acteurs de l’écosystème de la restauration commerciale et collective comme le fabricant d’appareils de cuisson Rational ou Microlide, spécialisé dans les enregistreurs de températures. Via des API, les données de ces équipements peuvent remonter automatiquement sur la plateforme ePack Hygiène.

Des recrutements à Brest
Aujourd’hui, ePack Hygiène fait état de 15 000 clients représentant environ 150 000 utilisateurs pour sa solution commercialisée par abonnement. 80 % l’activité est réalisée sur le créneau de la restauration commerciale, le reste auprès des différents acteurs des métiers de bouche. CHR Numérique emploie aujourd’hui 125 salariés, dont 80 à Brest

"Une quinzaine de recrutements ont été opérés dans l’année pour étoffer nos équipes commerciales, techniques et celle du support-client. D’autres recrutements sont à venir, notamment en lien avec notre développement à l’export", détaille Hélène Paulmier, responsable marketing et communication.

A l’export
Car l’arrivée de NewAlpha Verto au capital de la société avait, en autres pour objectif, d’accompagner la croissance de CHR numérique à l’international. Sa solution est aujourd’hui déployée dans 35 pays, contre une vingtaine l’an passé. "On sent une accélération post-covid sur les marchés export, où les solutions de ce type sont encore peu développées", commente Hélène Paulmier. Après le Maroc, un bureau a été ouvert en Espagne en mars 2021, dont l’activité démarre effectivement aujourd’hui.

En plus de cette stratégie directe, la société a également mis en place un réseau de distributeurs. En hyper-croissance depuis quatre ans, CHR numérique a intégré le FT120 en 2020. Sur l’année 2020, CHR Group (200 ?salariés) prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 17,5 millions d'euros, dont 15 % à l’export. Le cap des 20 millions d'euros devrait être franchi en 2022.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.