Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le casque de réalité mixte français Lynx se relance avec une campagne Kickstarter

La start-up française Lynx relance son projet de casque de réalité virtuelle et augmentée à l'aide d'une campagne Kickstarter, qui a déjà atteint son objectif financier. A l'origine destiné aux grandes entreprises, le Lynx-R1 est désormais positionné comme une alternative à l'Oculus Quest 2. Proposé à 530 euros, il pourrait séduire développeurs, enthousiastes et professionnels ne souhaitant pas faire affaire avec Facebook.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le casque de réalité mixte français Lynx se relance avec une campagne Kickstarter
Le casque de réalité mixte français Lynx se relance avec une campagne Kickstarter © Lynx

Destiné à l'origine au monde professionnel, le casque de réalité mixte autonome Lynx-R1, porté par le jeune entrepreneur français Stan Larroque, se relance pour un marché plus large au travers d'une campagne de financement participatif sur le site Kickstarter. Démarrée le 5 octobre en soirée, elle vient d'atteindre son objectif (certes modeste) de 300 000 euros vers 11h ce matin, soit en moins de 24 heures.

Une alternative à l'Oculus Quest 2 à partir de 530 euros
Dans le cadre de cette campagne, le casque est proposé en échange d'un financement de 530 euros. Les expéditions de produits doivent se faire aux alentours d'avril 2022, cependant il faut garder à l'esprit que ces délais sont rarement respectés sur Kickstarter, et que l'équipe de Lynx n'est pas étrangère à ce type de retards elle-même. A l'origine, le casque était censé être commercialement disponible en 2020, mais divers aléas ont repoussé ces plans jusqu'à ce que la stratégie marché ne change.

Son prix a été fortement baissé afin d'atteindre un public plus large de développeurs, professionnels et enthousiastes, et certaines caractéristiques techniques, notamment l'eye tracking, ne sont plus au programme. Stan Larroque le positionne clairement comme une alternative à l'Oculus Quest 2, fabriqué par Facebook, insistant sur l'ouverture de la plateforme aussi bien sur le plan matériel (accès aux caméras) que logiciel (pas d'abonnement, pas de distribution centralisée obligatoire).

Une partie non-négligeable du milieu gravitant autour des technologies de réalité virtuelle et augmentée est ouvertement hostile à Facebook en raison des travers de l'entreprise dans les réseaux sociaux et les pratiques publicitaires, bien que cette dernière soit l'acteur dominant du secteur aujourd'hui, tant par son matériel que son écosystème applicatif. C'est ce public que cherche à séduire Lynx.
 


Pensé pour la réalité augmentée
Il n'est pas la seule alternative – HTC occupant le terrain avec son Vive Focus 3 – mais il se distingue par le fait que son usage premier est la réalité augmentée, c'est-à-dire l'intégration d'éléments virtuels dans un environnement réel, ce qu'il fait à l'aide de deux caméras couleur dédiées qui capturent le monde réel puis l'affichent sur les écrans du casque. Cette méthode est communément appelée "pass-through", car l'image "passe au travers" du système. Elle est à mettre en opposition aux appareils "see-through", comme Microsoft HoloLens ou Magic Leap One, pour lesquels l'image est projetée sur un matériau transparent.

C'est pourquoi le Lynx-R1 ne bloque pas la vision périphérique de l'utilisateur par défaut. Un cache amovible peut être ajouté pour un usage VR. S'il est conçu pour fonctionner en autonomie, le Lynx-R1 peut par ailleurs être connecté à un ordinateur par Wi-Fi 6 pour tirer partie d'applications plus gourmandes en ressources. Il fonctionne dans ce contexte avec SteamVR. Il couvre ainsi sur le papier tous les usages du secteur, même si leur implémentation en pratique reste à confirmer.
 


Des caractéristiques techniques premium
Le suivi du positionnement dans l'espace est assuré par deux caméras frontales noir et blanc anglées vers le bas, couplées à une centrale inertielle. L'interaction se fait par suivi des mains, à l'aide d'un module Ultraleap. Des contrôleurs 6DoF sont disponibles en option pour 99 euros. Leur design n'est pas encore public mais ils incluent un stick analogique, des boutons en façade et une gachette, avec un style probablement proche des Oculus Touch, qui se sont imposés comme la référence du domaine.

Du côté des caractéristiques techniques, le Lynx-R1 offre une résolution de 1600 x 1600 pixels par œil à une fréquence de rafraîchissement de 90 Hz. Son champ de vision diagonal est de 90° et bénéficie d'une grande netteté grâce à des optiques catadioptriques (composées à la fois de lentilles et de miroirs). Deux haut-parleurs sont intégrés et un port jack 3,5 mm permet de connecter un casque audio. Quatre microphones assurent la capture sonore. La puissance de calcul est fournie par une puce Qualcomm XR2 couplée à 6 Go de RAM. Il dispose par ailleurs de 128 Go de stockage interne, extensibles par carte SD (jusqu'à 1 To).

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.