Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le CEA/DAM : un acteur du développement de l’intelligence artificielle

Depuis le lancement du programme Simulation en 1996, la Direction des Applications Militaires du CEA (DAM) s’appuie sur une méthodologie lui permettant de garantir la sûreté et la fiabilité des armes nucléaires sans recourir à un essai nucléaire. Pour cela, elle a acquis une maîtrise de toute la chaîne de valeur de la simulation numérique et soutient le développement du traitement des données massives et du calcul intensif. Vincenzo Salvetti, Directeur des applications militaires détaille le projet.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le CEA/DAM : un acteur du développement de l’intelligence artificielle
Le CEA/DAM : un acteur du développement de l’intelligence artificielle

Pourquoi êtes-vous partenaire de l’édition 2020 des Trophées de la simulation et des technologies numériques ?

 

L’arrêt des essais nucléaires en 1996 nous a poussés à développer plus encore la Simulation à laquelle nous avions déjà recours. Pour améliorer la précision du calcul de fonctionnement des armes nucléaires, les modèles physiques sont de plus en plus complexes. Les simulations numériques requièrent donc des puissances de calcul croissantes afin de conserver des temps de calcul raisonnables, compatibles des délais impartis pour les programmes de renouvellement des armes nucléaires françaises. Pour disposer de façon pérenne et souveraine des tels moyens de calcul, la DAM a mis en place une stratégie de co-design des calculateurs avec la société Bull (aujourd’hui au sein d’Atos) depuis le début des années 2000.

 

Ce partenariat structurant  porte sur la R&D mais aussi sur les aspects liés à l’exploitation de ces machines. Il répond au besoin du CEA/DAM d’anticiper l’adaptation de ses codes de simulation aux futures architectures de supercalculateurs qui permettront la réalisation de ses programmes. Cette stratégie a permis à la DAM d’acquérir une maîtrise de toute la chaîne de valeur de la simulation numérique : les infrastructures des centres de calcul, les technologies mises en œuvre dans les supercalculateurs et les applications (codes de calcul) capables d’exploiter les gigantesques puissances de calcul associées. Le CEA/DAM a ainsi contribué à la création du technopôle Teratec et du Très Grand Centre de Calcul (TGCC), sur le centre DAM/Île-de-France, pour entraîner chercheurs et industriels dans la voie de l’innovation par la simulation numérique : laboratoires de recherche, grands groupes industriels, PME et start-ups y utilisent pour leurs projets les supercalculateurs de technologie Bull, dérivés de ceux développés par Atos avec le CEA/DAM pour ses programmes. Les Trophées de la Simulation participent à cette dynamique en récompensant des actions exemplaires qui contribuent au développement des technologies du traitement des données massives et du calcul intensif.

 

 

Qu’est-ce que votre société peut apporter aux acteurs de la simulation numérique dans le domaine de l’intelligence artificielle ?

 

L’ambition scientifique et technologique du CEA/DAM intimement liée à l’exigence qu’impose la garantie des performances d’une arme nucléaire, nous conduit à éprouver en permanence les technologies de calcul intensif aux limites du savoir-faire actuel et même au-delà, pour répondre aux besoins de nos programmes. Dans ce cadre les équipes du CEA/DAM s’intéressent depuis quelques temps aux méthodes liées à l’intelligence artificielle et évalue les potentialités offertes par ces technologies pour améliorer notre démarche en optimisant notamment les schémas d’utilisation et de traitement des données. Depuis plus de 20 ans le CEA/DAM conçoit, installe, exploite et démantèle des centres de calcul et de traitement de données de classe mondiale. L’expertise acquise sur la maîtrise de ces grandes infrastructures permet de développer les futures générations de calculateurs qui devront répondre aux besoins croissants de notre mission en simulation complexes et en traitement massif de données. Ces calculateurs vont utiliser les technologies de l’intelligence artificielle pour accélérer les simulations numériques ou explorer de nouveaux domaines issus du traitement de données.

 

Dans ce cadre, le CEA, en partenariat avec le groupe Atos et l‘ENS Paris-Saclay, ont créé la Chaire « Industrial Data Analytics & Machine Learning » fin 2016 pour contribuer à la R&D dans le domaine de l’IA. Au-delà du seul cadre du calcul haute performance, les grands instruments du programme Simulation que sont le Laser Mégajoule, l’installation de radiographie EPURE et les complexes de calcul à haute performance  utilisent de plus en plus l’IA pour optimiser leur exploitation et leur maintenance. Le caractère exceptionnel de ces installations par leur complexité et leur performance permet d’explorer ces méthodes mathématiques aux limites de leurs possibilités actuelles. Le CEA/DAM est donc un acteur de premier plan pour faire avancer le développement de l’intelligence artificielle.

 

 

Contenu proposé par CEA 

 

 
media