Le CeBIT 2014 sous le signe du Big Data et de la cybersécurité

Le salon des technologies numériques CeBIT, à Hanovre, met cette année en vedette l’exploitation des données massives. Mais les problèmes de protection des données risquent de freiner le marché. Les géants du secteur tentent de rassurer les entreprises européennes.

Partager
Le CeBIT 2014 sous le signe du Big Data et de la cybersécurité

"Datability". C’est le mot clé et le thème phare du CeBIT 2014, le plus grand évènement au monde consacré aux technologies numériques, qui ouvre ses portes le lundi 10 mars, à Hanovre, en Allemagne. Il a été choisi par Deutsche Messe, l’organisateur, pour mettre en avant les opportunités sans risque du Big Data, c’est-à-dire de l’exploitation de données massives de façon rapide, responsable et durable.

Car après les révélations fracassantes d’Edouard Snowden sur le programme américain de cybespionnage Prism, la cybersécurité s’invite dans l’événement en tête des préoccupations des visiteurs. Cette question risque de freiner le décollage du marché. D’autant que les solutions passent souvent par le cloud computing, qui implique un transfert des données chez le prestataire dans le réseau.

Les géants américains, suspectés de collaborer avec la NSA, l’agence nationale de sécurité, chargée d’intercepter les flux de données sur Internet et dans les serveurs, sont sur la défensive. Pour rassurer, les fournisseurs de services de cloud computing jouent la carte de la localisation des données en Europe. C’est le cas d’IBM qui prévoit de construire deux nouveaux datacenters, l’un à Paris, l’autre à Londres, en plus des deux centres de données dont il dispose déjà en Allemagne et en France. Même stratégie chez Salesforce, qui va ouvrir un datacenter au Royaume-Uni cette année et deux autres en France et en Allemagne en 2015. Sans compter VMWare, qui vient de lancer son service de cloud computing en Europe à partir de son nouveau datacenter en Grande-Bretagne.

Le salon accueille cette année près de 3 400 entreprises de quelques 70 pays, dont 300 start-ups. Cette édition est marquée par le retour de grands noms comme le japonais Kyocera, l’américain Western Digital ou le coréen LG, alors que d’autres comme Samsung, Huawei, Volkswagen, Brother, Epson ou Salesforce renforcent leur présence.

Le CeBIT 2014 a été inauguré par la chancelière allemande, Angela Merkel, en présence du Premier ministre britannique David Cameron, puisque la Grande-Bretagne est le pays partenaire de cette édition. Le discours d’ouverture est donnée par Martin Winterkom, président du directoire de Volkswagen.

Ridha Loukil

SUR LE MÊME SUJET

PARCOURIR LE DOSSIER

Tout le dossier

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS