Le changement des conditions d'utilisation de WhatsApp n'a pas fait fuir les utilisateurs

A partir du 15 mai 2021, les nouvelles conditions d'utilisation de WhatsApp entrent en vigueur. Elles visent à partager davantage de données à Facebook, la maison-mère de la messagerie. Malgré une pluie de critiques lors de l'annonce, la plupart des utilisateurs ont accepté cette mise à jour, a annoncé un porte-parole. Le nombre d'utilisateurs a même augmenté depuis.

Partager
Le changement des conditions d'utilisation de WhatsApp n'a pas fait fuir les utilisateurs

L'année 2021 a plutôt mal commencé pour la messagerie WhatsApp. Elle avait annoncé qu'à partir du 8 février 2021, les utilisateurs seraient obligés d'accepter que certaines de leurs données soient transférées vers les entités du groupe Facebook, maison-mère de WhatsApp. Cette nouveauté avait provoqué un tollé monumental au point où de nombreuses personnes avaient préféré migrer vers d'autres messageries telles que Signal ou Telegram.

Une acceptation massive de la mise à jour
L'entrée en vigueur de cette mise à jour avait finalement été repoussée de trois mois, jusqu'au 15 mai 2021. Cette date étant bientôt arrivée, l'heure est au bilan. D'après Techcrunch qui a pu échanger avec un porte-parole, la grande majorité des utilisateurs de WhatsApp ont accepté la mise à jour. Le nombre d'utilisateurs a même augmenté.

Aucun chiffre précis n'a été dévoilé par la société. Mais les résultats délivrés par Facebook en donnent un aperçu. La famille d'applications du groupe – Facebook, Messenger, WhatsApp et Instagram – comptabilisaient 3,45 milliards d'utilisateurs mensuels au 31 mars 2021, contre 3,3 milliards le 31 décembre et 3,21 milliards le 30 septembre dernier.

Des conditions remaniées
En d'autres termes, la levée de boucliers provoquée par l'annonce des nouvelles conditions n'était qu'artificielle sur le nombre d'utilisateurs. Cependant, ces critiques ont poussé WhatsApp à revoir ses futures conditions pour qu'elles soient plus acceptables. En effet, les personnes qui refusent la mise à jour ne perdront pas immédiatement l'accès à la messagerie dès le 15 mai. Après un certain temps encore inconnu, plusieurs fonctionnalités "de base" leur seront inaccessibles. Le détail n'a pas été dévoilé.

A priori, en Europe, ces nouvelles conditions d'utilisation n'auront aucune incidence, d'après WhatsApp. "Il n'y a aucun changement dans les pratiques de partage de données de WhatsApp dans la région européenne (y compris au Royaume-Uni) suite à la mise à jour des conditions d'utilisation", certifiait un porte-parole en janvier dernier.

En Europe, le partage entre WhatsApp et Facebook est suspendu
En effet, le partage des données entre WhatsApp et Facebook a été suspendu en 2018 par la Data Protection Commission (DPC), l'équivalent de la Cnil en Irlande. En principe, ce partage est autorisé par le Règlement général sur la protection des données (RGDP) à condition qu'il respecte certaines conditions. Les utilisateurs doivent notamment en être informés et donner leur libre consentement. En excluant un utilisateur qui refusera sa nouvelle politique, WhatsApp bafoue ce principe.

Or, WhatsApp a allégé les conséquences d'un refus de sa future politique. L'utilisateur n'est plus totalement exclu de l'application. Il ne pourra simplement plus utiliser certaines fonctionnalités. Faut-il considérer que le RGPD est respecté ? Difficile de trancher sans savoir quelles fonctionnalités précisément vont être retirées.

Les conséquences européennes restent encore donc floues. Ce sont ces incertitudes qui ont poussé la Cnil italienne à saisir le Comité européen à la protection des données. "Les conditions d'utilisation (…) ne sont pas claires et intelligibles et doivent être soigneusement évaluées à la lumière de la réglementation sur la vie privée", écrivait l'autorité. L'affaire est toujours en cours.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS