Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le chinois Huawei s’implante à Sophia Antipolis

Fournisseur global de solutions dans le domaine des technologies de l'information et de la communication, le chinois Huawei va ouvrir un centre de recherche à Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes) en recrutant une dizaine d'ingénieurs licenciés par Texas Instruments.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le chinois Huawei s’implante à Sophia Antipolis
Huawei Ascend P6 © Huawei

Les américains quittent Sophia Antipolis et les Chinois arrivent profitant de la matière grise disponible sur place. C’est un peu le tour de passe à passe qui se joue aujourd’hui à Sophia Antipolis, la technopole des Alpes-Maritimes. Le géant Samsung avait fait de même il y a quelques semaines en reprenant le centre de recherche du britanniques CSR spécialisé dans les activités de connectivite mobile. Aujourd’hui, le fabricant et géant chinois de la téléphonie mobile Huawei pose son enseigne.

Une petite équipe composée d’une dizaine d’ingénieurs (ex Texas Instruments) spécialisés dans les images sur puces amorce l’implantation. Et c’est un préalable à une installation plus conséquente : Huawei a récemment remporté le marché de la 4G pour Monaco Telecom et son très haut débit mobile. Tel un cheval de Troie, le chinois pose les jalons d’une prochaine incursion sur le marché de la téléphonie mobile de future génération en France.

Ainsi, paradoxalement, Sophia Antipolis bénéficie des retombées de l’énorme plan social de Texas Instruments après la fermeture du site de Villeneuve-Loubet ainsi que des licenciements en cours ou à venir chez IBM. La disponibilité sur place de plusieurs centaines d’ingénieurs de grande valeur va attirer d’autres firmes dans les mois à venir, toujours dans le domaine des technologies de l'information et de la communication.

On évoque un groupe italien alors que des firmes déjà implantées comme Intel Philips NXP, ARM et Nvidia vont recruter via ces ingénieurs l’expertise nécessaire pour renforcer leur centre de R&D. A noter, ce sont surtout des groupes étrangers qui profitent de cette opportunité.

Michel Bovas

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media