Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le CHU de Montpellier opère une tumeur du foie grâce au robot de la start-up Quantum Surgical

La start-up montpelliéraine Quantum Surgical annonce le succès d'une ablation d'une tumeur du foie avec l'assistance de son robot médical au CHU de Montpellier. Son système ouvre la voie à des opérations beaucoup plus rapides et des soins post-opératoires réduits. La jeune pousse souhaite désormais le commercialiser en Europe, aux Etats-Unis et en Chine.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le CHU de Montpellier opère une tumeur du foie grâce au robot de la start-up Quantum Surgical
Le CHU de Montpellier opère une tumeur du foie grâce au robot de la start-up Quantum Surgical © Quantum Surgical

L'équipe du Professeur Boris Guiu du Centre universitaire hospitalier (CHU) de Montpellier a annoncé le 8 juin 2020 la réussite de sa première opération sur une tumeur du foie avec un robot développé par Quantum Surgical. Une opération a été effectuée dans le cadre d’un essai clinique mené dans trois établissements de santé français.

Réduire le temps et la douleur

Fondé en 2017, la start-up française Quantum Surgical a conçu un outil combinant robotique et analyse d'image spécialisé dans le cancer du foie. D'après l'Institut Curie, cette maladie touche plus de 8000 personnes par an en France. Il s'agit du troisième cancer le plus mortel au monde. Le recours à un robot permet réduire la lourdeur de l'opération : l'anesthésie est raccourcie et l'incision est beaucoup plus petite. Les soins post-opératoires sont de ce fait réduits. Dans le monde, plusieurs entreprises offrent déjà des solutions robotisées pour traiter les cancers du foie comme Medtronic et son robot Mazor X, Intuitive surgical avec Da Vinci ou Accuray avec sa plateforme de radiothérapie CyberKnife.  


Grâce au dispositif de Quantum Surgical, le Professeur Boris Guiu du CHU de Montpellier a pu planifier l’intervention sur les images 3D du patient, puis réaliser le geste avec précision, guidé par le robot. L'équipe a effectué une thermo-ablation percutanée par radiofréquence. Sous guidage de l'imagerie, le radiologue a introduit une aiguille au centre de la tumeur. Il y a fait passer un courant électrique qui a généré de la chaleur au bout de l'aiguille et a détruit la tumeur en la brûlant. "Ce premier traitement (…) a permis de détruire la tumeur en totalité avec une excellente marge. Nous n’aurions pas pu faire mieux. Le patient va très bien. Il est rentré à domicile dès le lendemain pour reprendre une vie normale", a annoncé le Professeur Boris Guiu, chef du département de radiologie diagnostique et interventionnelle de Saint Eloi.

Une commercialisation prévue en 2021

Du côté de la start-up montpelliéraine, la réussite de cette opération est une grande fierté. "Au travers de cette première mondiale, Quantum Surgical marque de son empreinte le secteur de la robotique médicale et conforte son ambition", a déclaré Bertin Nahum, président fondateur de Quantum Surgical. La medtech envisage désormais de commercialiser son robot médical à partir de 2021. "Nous espérons obtenir cette année la certification de nos produits puis, à partir de 2021, la technologie sera commercialisée sur nos trois marchés cibles : Europe, Etats-Unis et Chine", précisait Bertin Nahum aux Echos en janvier 2020.

Pour réussir ce pari, Quantum Surgical vise une levée d’environ 40 millions d’euros en 2020. L’asiatique Ally Bridge Group – qui a financé le premier tour de table de 10 millions en 2018 – pourrait cette fois être épaulé par d’autres investisseurs a priori nord-américains. Pour l'heure, la jeune pousse a reçu en janvier 2020 une aide de deux millions octroyée par Bpi France dans le cadre du fonds "Deeptech" de la banque d'investissement.

Quantum Surgical n'est pas la seule medtech française à être spécialisée dans la robotique médicale. La start-up rouennaise Robocath a développé la plateforme robotique R-One spécialisée dans les angioplasties coronaires (intervention qui consiste à traiter une artère coronaire rétrécie). Elle vient de lever 40 millions d'euros auprès de l'industriel chinois MicroPort spécialisé dans les dispositifs médicaux et de quatre fonds d'investissements spécialisés dans la santé, Zhejiang Silk Road Fund, Luxembourg, CS Group et Anaxago.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media