Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le Conseil d'Etat prive Starlink de ses autorisations de fréquences

Starlink, le fournisseur d'accès à Internet par satellite d'Elon Musk, voit sa licence d'exploitation des fréquences hertziennes annulée par le Conseil d'Etat, qui juge que l'Arcep n'a pas respecté les procédures.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le Conseil d'Etat prive Starlink de ses autorisations de fréquences
Le Conseil d'Etat prive Starlink de ses autorisations de fréquences © SpaceX

Décidément, les choses se compliquent en France pour Starlink, le service d'accès à Internet par satellite de SpaceX. A la suite d'un recours engagé par deux associations écologistes, Priartem et Agir pour l'environnement, le Conseil d'Etat a révoqué le 5 avril la licence l'autorisant à exploiter deux bandes de fréquences hertziennes pour ses transmissions, accordée par l'Arcep en février 2021.

Plus de fréquences et deux stations en moins
Selon la haute juridiction administrative, une consultation publique aurait dû précéder le feu vert du régulateur des télécoms, car cette décision est "susceptible d'avoir une incidence importante sur le marché de la fourniture d'accès à Internet à haut débit, et d'affecter les utilisateurs". Les fréquences attribuées au fournisseur d'accès sont la bande 10,95-12,70 GHz et 14-14,5 GHz pour les terminaux, et les bandes 17,8-19,3 Ghz et 27,5-30,0 GHz pour les passerelles terrestres.

En janvier dernier, deux projets d'implantation d'antennes terrestres, sur les trois prévus en France, avaient par ailleurs été abandonnés à Gravelines (Nord) et à Saint-Senier-de Beuvron (Manche). Il ne reste plus que le site de Villenave-d'Ornon (Gironde), installé début 2021.

Pas de réaction de Starlink
Sans fréquences et avec une seule station terrestre, le service a du plomb dans l'aile. Cependant, SpaceX n'a pour le moment pas pris acte de ces aléas. Sur le site de Starlink, où il est possible de passer commande depuis 2021, la société précise qu'"à mesure que nous lançons plus de satellites, installons plus de stations terrestres et améliorons nos logiciels de réseau, la vitesse de transmission, le temps de latence et le temps de disponibilité s’en trouveront améliorés".

La société du milliardaire Elon Musk communique sur des vitesses de téléchargement entre 100 et 200 Mb/s, et une latence de 20 ms "dans la plupart des emplacements". Pour l'instant, aucun message n'indique aux clients ce qu'il adviendra de leur abonnement dans l'attente de récupérer les autorisations d'utilisation des fréquences.

Les satellites de Starlink évoluent en orbite basse (550 km), et permettent aux utilisateurs éloignés des infrastructures haut débit fixe de bénéficier d'une connexion internet. Le matériel (parabole) est commercialisé au prix de 634 euros (hors livraison), auquel s'ajoute un forfait mensuel de 99 euros. Aux Etats-Unis, le prix de l'abonnement a récemment augmenté, passant de 99 dollars à 110 dollars par mois. En France, pour le moment seul le coût du matériel et de la livraison a été relevé.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.