Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le Correspondant Informatique et Libertés, le "garde fou" de la vie privée sur le web

Pour le troisième épisode de notre série sur les métiers du numérique, lumière sur le "chef privacy officer" (CPO) ou Correspondant Informatique et Liberté (CIL). C'est celui qui veille au respect de la réglementation en matière de données privées dans une entreprise ou un organisme public.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le Correspondant Informatique et Libertés, le garde fou de la vie privée sur le web
Le Correspondant Informatique et Libertés, le "garde fou" de la vie privée sur le web © Capture d'écran - cnil.fr

Sa mission

Correspondant Informatique et Libertés (CIL) est un nouveau métier né en 2004, à l'occasion de la refonte de la Loi Informatique et Libertés.

Sa principale mission consiste à veiller en temps réel à la bonne application de la Loi Informatique et Libertés au sein de son entreprise ou de sa collectivité. Il doit tenir un registre public dans lequel il inscrit l'ensemble de ses traitements (il s'agit des opérations concernant les informations nominatives). Par exemple, le CIL veille à ce que les données personnelles des salariés ne soient pas utilisées à des fins commerciales.

Le Correspondant Informatique et Libertés en trois chiffres :

Temps d'étude : Bac + 5
Salaire de début de carrière : 48 000 euros par an
Salaire de fin de carrière : 56 000 euros par an

Les compétences du Correspondant Informatique et Libertés sont multiples. Elle portent autant sur l’informatique et les nouvelles technologies que sur la réglementation relative à la protection des données à caractère personnel. Auxquelles viennent s'ajouter celles qu'il devra acquérir sur le domaine dans lequel il évolue. Les connaissances du CIL doivent à la fois porter sur les systèmes de gestion et d’exploitation de bases de données que les types de logiciels ou les modes de stockage des données.

La réglementation en vigueur exige que la nomination d'un Cil soit notifiée à la Cnil (Commission Nationale de l'Informatique et des Libertés). La notification se fait soit par voie électronique directement sur le site internet de la Cnil, soit par remise d'un courrier à l’accueil de la Cnil contre reçu.

Sa formation

Tous les chemins mènent au métier de Correspondant informatique et liberté... ou presque.

Il faut noter que 90% des Correspondants Informatique et Libertés ne sont pas issus d'une formation spécialisée. Il s'agit essentiellement de juristes, de responsables de la sécurité des systèmes informatiques (RSSI) et d'informaticiens qui ont pu bénéficier d'une formation complémentaire au sein de leur société ou administration. Cependant, certaines écoles et universités commencent à former au métier de CIL.

L'Isep, à Paris, propose un Master spécialisé en Management et Protection des Données à Caractère Personnel. Ce cursus a été développé en partenariat avec l’AFCDP (Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel) et la CNIL.

L'Université Paris-ouest Nanterre propose également une formation similaire accessible après la Licence (Bac+3).

ses Perspectives de carrière

Le métier de Correspondant Informatique et Libertés connait une évolution avec le projet de règlement européen en discussion. Les CIL disparaîtront pour laisser la place au DPO (Data Protection Officer).

Le DPO aura davantage de responsabilités que le CIL aujourd'hui : il sera impliqué dans tous les aspects de la conformité de traitement de données à caractère personnel dès son élaboration. Lui incomberont également la gestion des droits des personnes, définition des mécanismes de vérification de la conformité, les audits, la vérification de l’adéquation des mesures de sécurité, le maintien de la documentation, etc…

Il sera l’interlocuteur privilégié entre l’organisme et les personnes fichées et jouera un rôle de médiateur lorsqu’une personne, dont les données personnelles font l’objet d’un traitement, souhaite porter une réclamation. Le DPO sera la première personne informée et ceci avant même la transmission d’une plainte à la Cnil ou d’une assignation devant un tribunal.

Patrick Blum, Correspondant Informatique et Libertés à l'Essec Business School
"Mon métier de CIL combine des compétences techniques et juridiques. Je dois à la fois maitriser les modalités de mise en œuvre des traitements informatiques, et le cadre complexe de la Loi Informatique et Libertés. Je dois, au quotidien, communiquer et faire preuve de pédagogie envers les acteurs de mon organisation. Cette diversité explique en grande partie la passion qui m'anime dans ma profession."

Wassinia Zirar

Le guide des Correspondants Informatique et Libertés par la CNIL

 

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale