Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le Crédit Agricole signe un partenariat avec les spécialistes du quantique Pasqal et Multiverse Computing

Crédit Agricole CIB, la banque de financement et d'investissement du Groupe Crédit Agricole, a annoncé un partenariat avec les acteurs européens de l'informatique Pasqal et Multiverse Computing. Ensemble, les trois sociétés ambitionnent à développer des outils capables de soutenir la banque dans les domaines des marchés financiers et de la gestion des risques.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le Crédit Agricole signe un partenariat avec les spécialistes du quantique Pasqal et Multiverse Computing
Le Crédit Agricole signe un partenariat avec les spécialistes du quantique Pasqal et Multiverse Computing © UNSW

La banque d’investissement et de financement du Crédit Agricole, Crédit Agricole CIB, a annoncé ce 28 juin un partenariat avec les leaders européens du quantique Pasqal et Multiverse Computing. L’objectif est d’améliorer les algorithmes dans les domaines des marchés de capitaux et de la gestion des risques en "concevant et en développant de nouvelles approches associant informatique traditionnelle et quantique", a indiqué la banque dans un communiqué.

Selon la banque, "l’informatique quantique est susceptible d’avoir un impact majeur sur un certain nombre de secteurs dont celui de la finance." Ce partenariat vise ainsi à introduire l’informatique quantique dans des applications financières utilisées au quotidien. "Ce projet va réunir de nombreuses compétences différentes autour de la table : banquiers, physiciens, mathématiciens, informaticiens, architectes informatiques, etc.", a détaillé Ali El Hamidi, Sponsor du projet au sein de Crédit Agricole CIB. Une quinzaine d’employés du Crédit Agricole CIB seront en charge de ce projet pour les mois à venir.

Des acteurs clés du quantique
Pour mener à bien son projet, la banque s’est tournée, vers la pépite française Pasqal. La jeune pousse qui développe un ordinateur quantique basé sur des réseaux d’atomes neutres, a levé il y a quelques jours 25 millions d’euros en série A avec la participation du Fonds innovation défense du ministère des Armées. Pasqal a d’ores et déjà un ordinateur quantique en service et a indiqué en avoir deux autres en cours de construction.

Crédit Agricole CIB s’est également orienté vers la société espagnole Multiverse Computing, spécialisée dans les algorithmes quantiques qui peuvent être exécutés à la fois sur des ordinateurs quantiques et sur des ordinateurs classiques. Fondée en 2019, Multiverse Computing n’est pas étrangère au secteur financier puisque la société développe de nombreux logiciels quantiques ou liés à la technologie quantique pour les entreprises de cette industrie.

Ensemble, les trois sociétés ambitionnent à "développer des outils les plus avancés tels qu’actuellement utilisés dans les grandes institutions non financières aux États-Unis et en Chine", a déclaré Enrique Lizaso, Directeur Général de Multiverse Computing. À terme, l’objectif est d’utiliser les supercalculateurs pour anticiper les risques financiers et résoudre les problèmes qui ralentissent actuellement le secteur.

Multiplication des investissementS
Ce partenariat est un exemple supplémentaire de la course au quantique qui se joue actuellement du côté des états et des entreprises. Alors que la Chine et les États-Unis se partagent la mainmise sur la technologie, l’Europe a lancé le plan "Quantum Flagship" en octobre 2018 pour financer le secteur. De son côté, la France a récemment annoncé un plan d’investissement de 1,8 milliard d’euros à destination du quantique. Pour l’heure, en Hexagone, les premiers utilisateurs du calcul quantique sont EDF, Total et Airbus, qui se sont chacun dotés d’une force opérationnelle dédiée.

Les équipes de Pasqal continuent la promotion de leur ordinateur auprès des industriels et instituts de recherche. Saluée par Emmanuel Macron, la technologie de la pépite française a été présentée il y a quelques jours à la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen et au ministre français de l’Économie Bruno Le Maire.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.