Le dernier né des mainframes IBM mise sur l'IA temps réel et la sécurité post-quantique

Les mainframes sont loin d'avoir disparu. IBM en sort même de nouveaux modèles ! Le z16, dernier en date, est le premier à être équipé de la puce Telum, intégrant un accélérateur d'intelligence artificielle pour les traitements de données à grande échelle en environnement critique. Le z16 est également conçu pour résister aux attaques quantiques.

Partager
Le dernier né des mainframes IBM mise sur l'IA temps réel et la sécurité post-quantique

Certains traitements intensifs de données résistent encore au cloud, dans des industries comme la banque, l'assurance, le voyage et le secteur public. Pour ces usages, le mainframe, activité historique d'IBM, est encore largement répandu et il continue même de se moderniser, par exemple en s'intégrant aux environnements de cloud hybride.

IBM annonce ce mardi 5 avril son nouveau modèle, le z16, intégrant pour la première fois un accélérateur d'intelligence artificielle pour aider au traitement de transactions à grande échelle, ainsi qu'un système de chiffrement résistant aux futures attaques quantiques.

300 milliards d'inférences par jour
"C'est révolutionnaire", déclare Catherine Chauvois, directrice de la division mainframe chez IBM. "Grâce à l'intégration de la nouvelle puce Telum, les inférences, c'est-à-dire l'exécution du moteur d'IA, sont réalisées directement sur le processeur en temps réel, avec une latence beaucoup plus faible qu'auparavant. Cela signifie que les clients vont pouvoir exécuter leurs modèles de détection de fraude sur 100% des transactions, là où l'on ne pouvait en scorer que 10% auparavant." L’IBM z16 serait capable de traiter 300 milliards de demandes d’inférence par jour avec une latence de seulement une milliseconde, et la machine ne nécessitera pas plus de 5 minutes d'arrêt par an d'après son constructeur.

Ce nouveau système est compatible avec tous les principaux frameworks de développement du marché, et supporte évidemment Red Hat OpenShift.

Traitement à grande échelle en temps réel
Les mainframes d'IBM sont aujourd'hui encore utilisés par deux tiers des entreprises du classement Fortune 100, 45 des 50 premières banques mondiales (core banking system), 8 des 10 premiers assureurs, 7 des 10 premiers retailers mondiaux et 8 des 10 premiers opérateurs télécom pour leurs applications critiques.

Le cœur de cible du z16 est donc les secteurs qui ont besoin d'analyser à grande échelle des transactions en temps réel, nécessitant une puissance de traitement très importante, tels que les les soins de santé et les transactions financières. Selon une étude d'IBM, les zSystems exécutent 70% des transactions bancaires mondiales en valeur. Les nouvelles capacités pourraient s'appliquer à de nouveaux cas d'usage, comme l'approbation de prêts, la compensation et le règlement bancaire, ou encore à la modélisation de fraude pour le commerce de détail.

L’IBM z16 est également le premier système de l'industrie à être doté d'une technologie résistante aux ordinateurs quantiques, selon la société. Les ordinateurs quantiques pourraient dans un futur proche être utilisés pour casser les technologies de chiffrement actuelles. "Les attaques quantiques sont théorisées. Dans quatre ou cinq ans, avec une machine quantique suffisamment puissante, on pourrait casser les clés de chiffrement actuelles. Aujourd'hui, des cybercriminels s'emparent de données chiffrées dans l'espoir de les exploiter dans plusieurs années, quand les capacités de calcul seront disponibles", explique Pierre Jaeger, directeur technique de la division mainframe chez IBM et responsable du développement du quantique.

Chiffrement par réseau euclidien
Pour parer ces futures attaques, l'IBM z16 repose sur des algorithmes de chiffrement par réseau euclidien, une approche "mathématiquement résistante à un algorithme de Lattice" développée en collaboration avec IBM Zurich et l'ENS Lyon. "C'est une première en matière d'implémentation matérielle sur un système industriel", souligne Pierre Jaeger. Le nouveau mainframe comporte également un processus d’initialisation sécurisé, qui empêche d'injecter des logiciels malveillants lors du "boot" pour prendre le contrôle du système au démarrage.

Tout cela en restant pour les clients dans les mêmes budgets que la génération précédente, précise Catherine Chauvois, dans un contexte où les clients d'IBM sont "en général dans des logiques de croissance". Au 4e trimestre 2021, l'entreprise a fait état d'un recul de 6% des ventes de la gamme IBM Z, mais durant la dernière décennie, elle fait part d'une croissance de 350% de la base matérielle installée.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS