Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le désastre de la Surface RT conduit Microsoft en justice

La tablette Surface RT de Microsoft, non contente d'être un fiasco financier, devient un imbroglio judiciaire.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le désastre de la Surface RT conduit Microsoft en justice
Le désastre de la Surface RT conduit Microsoft en justice © Microsoft

Le cabinet Robbins Geller Rudman & Dowd a déposé un recours collectif, "class-action", au nom d'investisseurs de Microsoft, accusant la compagnie d'avoir induit en erreur ses actionnaires sur le désastre du Surface RT. La plainte concerne la période du 18 avril au 18 juillet.

Les accusés sont Microsoft, son patron Steve Ballmer, l'ancien directeur financier Peter Klein, le vice-président du corporate Frank Brod et la vice-présidente du marketing Tami Reller.

La performance de la Surface RT au coeur du problème

Selon la plainte, Microsoft "a produit des déclarations fausses et trompeuses concernant la performance financière de la compagnie et de la tablette Surface RT". Au contraire, les exécutifs de Microsoft auraient même fait des annonces positives trompeuses à ce moment-là.

Microsoft avait dû passer une charge de 900 millions de dollars en raison d'une surestimation du stock de Surface RT et d'une demande très faible pour le produit. Malgré cette débâcle, Microsoft continue de plaider en faveur de la plateforme RT, de nouveaux accessoires et de nouvelles versions du Surface RT sont prévus d’ici à fin juin 2014.

La stratégie de Microsoft sur les tablettes mise à mal

Selon le cabinet qui a déposé la plainte, la stratégie de Microsoft concernant ses les tablettes a "éviscéré" 34 milliards de dollars de la valeur marchande des actions de Microsoft. La plainte vise spécifiquement cette stratégie tablettes, qualifiée de "désastre".

"Ce que les accusés savaient, mais qu'ils n'ont pas dit aux investisseurs, c'est que l'incursion de Microsoft sur le marché des tablettes était un désastre sans équivoque, ce qui a conduit à un surplus d'inventaire de la Surface RT, qui a été largement surestimé." Reste à voir si Microsoft souhaite toujours aller de l'avant avec le RT après cette affaire.

Nora Poggi

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media