Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le disque dur en plastique : une première mondiale "made in Strasbourg"

Une équipe de chercheurs de l'université de Strasbourg a mis au point une technique pour coder de manière binaire des informations sur un polymère.
mis à jour le 31 mai 2015 à 14H45
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le disque dur en plastique : une première mondiale made in Strasbourg
Demain cette image sera peut être obsolète. Des chercheurs ont imité le codage de l'ADN pour réussir à créer leur "disque dur" en plastique. © Matt Nicklas - Flickr - C.C.

Une équipe de chercheurs de l'Institut Charles Sadron de l'Université de Strasbourg (ICS) alliée à des chercheurs de l'université de Marseille viennent de démontrer "qu'il est possible d'écrire un message moléculaire sur un polymère synthétiques", pour reprendre les termes du communiqué diffusé récemment. Dans un article publié par la revue Nature le 26 mai dernier, l'équipe explique comment elle a réussi à stocker de l’information binaire sur un matériau plastiqueDis.

A la manière de ce qui se fait dans le monde numérique, les chercheurs ont utilisé deux unités monomères en lieu et place des bits 0 et 1. Comme le précise le communiqué de l'Institut, en respectant un processus précis, "il est possible d’associer ces monomères en une séquence codée. Ce type de synthèse est en général fastidieux mais les chercheurs ont mis au point une stratégie, basée sur des réactions efficaces et chimiosélectives, qui permet de simplifier et d’accélérer le processus."

L'objectif des chercheurs est de se rapporcher des capacités de stockage, en matière d'information, des chaînes d'ADN. Leur capacité reste, à ce jour, largement supérieure à celle offerte par les matériaux créés par l’homme. "Les disques durs ou les mémoires flashs sont basés sur des bits nanométriques qui sont bien plus grands que la taille d’une unité monomère d’ADN. Dans ce contexte, il serait intéressant de pouvoir stocker l’information à l’échèle moléculaire à la manière de l’ADN. Cependant, l’ADN est une macromolécule unique en son genre et il n’existe pas à ce jour d’ersatz pratique et peu coûteux", précise encore le communiqué.

Les chercheurs de l’équipe « Chimie Macromoléculaire de Précision » de l’ICS viennent donc de réaliser une percée en ce sens en réussisant à inscrire pour la première fois un code binaire sur un polymère. Ils ont réussi à coder de l'information via des monomères mais également mis au point une méthode de séquençage pour lire ces informations.

Cette découverte n'en est évidemment qu'au stade du laboratoire mais on imagine aisément le potentiel de cette technologie pour le stockage de données. "Une autre application à court terme pourrait être le développement de codes-barres moléculaires pour l’identification de produits. En effet, ces polymères codés pourraient être utilisés pour distinguer des produits coûteux de leurs contrefaçons", assure le communiqué.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale