Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le dossier médical partagé et la start-up Medicus AI collaborent pour simplifier l'accès aux données biologiques

Le dossier médical partagé (DMP) va collaborer avec la start-up Medicus AI, spécialiste de l'interprétation des comptes rendus d'analyse médicale. L'objectif est de simplifier la lecture des données biologiques en les structurant automatiquement grâce au "moteur d'interopérabilité" développé par cette jeune pousse.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le dossier médical partagé et la start-up Medicus AI collaborent pour simplifier l'accès aux données biologiques
Le dossier médical partagé et la start-up Medicus AI collaborent pour simplifier l'accès aux données biologiques © Pixabay/Bokskapet

Même si on ne pense pas à eux en premier, les laboratoires de biologie ont également leur place dans le dossier médical partagé (DMP) à côté des médecins, des pharmaciens et des patients. Pour rappel le DMP est un carnet de santé numérique à destination des assurés dont le but est de faciliter la communication avec les professionnels de santé.

 

En juin 2019, plusieurs syndicats de biologistes ont été entendus par l'Assemblée nationale sur ce sujet. Le résultat est très clair : l'appropriation du DMP par les laboratoires reste faible. En cause : la compatibilité des systèmes d'information existants, et notamment l'absence d'outil pour structurer les données. Un processus crucial pour faciliter leur lecture et leur traitement. C'est pour répondre à cette problématique que la start-up Medicus AI a été choisie pour lancer une expérimentation avec le DMP le 22 novembre 2019. Le but à terme est de généraliser la solution.

 

Structurer les données biologiques

Medicus AI s'est spécialisée dans l'interprétation des comptes rendus d'analyse pour les transformer en informations simplifiées. La jeune pousse a déjà distribué sa solution dans des hôpitaux, des compagnies d'assurances et des laboratoires un peu partout dans le monde. Elle a signé son premier contrat en France avec le laboratoire Labexa.

 

"La majorité des laboratoires envoie des PDF contenant les résultats d'analyses. Ce sont des données non structurées donc difficilement utilisables", explique Géry Pruvost, directeur du business development de Medicus AI France, contacté par L'Usine Digitale. Avec cette expérimentation, le DMP va utiliser le "moteur d'interopérabilité" de Medicus AI pour structurer la donnée biologique, remplaçant ainsi les PDF. Cette nouveauté va permettre de rendre lisible les analyses médicales pour les patients. Mais elle va être également très utile pour les biologistes qui seront affranchis de certaines tâches très chronophages.

 

Redonner du pouvoir aux biologistes

Une fois les données automatiquement structurées, il sera beaucoup plus simple de les exploiter. A terme, ce changement va permettre de croiser différentes informations, par exemple le profil du patient et ses données biologiques récupérées par les laboratoires. Il sera également possible de croiser les données biologiques avec les données cliniques. "Un taux tout seul n'a pas forcément de valeur, ce qui compte c'est de savoir s'il était plus haut ou plus bas qu'avant", indique Géry Pruvost. Le but derrière est redonner du pouvoir aux biologistes afin qu'ils retrouvent leur rôle "d'aide au diagnostic pour les patients et les professionnels de santé qui prescrivent les tests".

 

"C'est encore un projet mais à terme, on aimerait pouvoir renvoyer aux laboratoires de la donnée clinique", confie le directeur du business development. Cette étape permettrait une prise en charge complète du patient où les spécialistes travailleront ensemble grâce aux données contenues dans le DMP pour faciliter l'établissement d'un diagnostic ou trouver le traitement le plus adéquat.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media