Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le Fonds ambition numérique réduit à 300 millions d’euros

En devenant le Fonds ambition numérique, l’ex-FSN PME (fonds pour la société numérique) est ramené à 300 millions d’euros, contre les 400 millions initialement prévus. En revanche, il gagne une mission de protectionnisme.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le Fonds ambition numérique réduit à 300 millions d’euros
Le Fonds ambition numérique réduit à 300 millions d’euros © D. R.

L’annonce a tout de l’écran de fumée. Né des investissements d’avenir en décembre 2011, le FSN PME vient d’être rebaptisé Fonds ambition numérique par le Gouvernement, la CDC (Caisse des dépôts et consignations), qui le gère et le CGI (Commissariat général à l’investissement), qui le finance. On apprend aussi qu’il va venir rejoindre la galaxie d’outils de financement de la banque publique d’investissement (BPI France), installée en juillet 2013.

La ministre déléguée à l’Economie numérique, Fleur Pellerin, a pour l’occasion précisé que "le rachat par des acteurs étrangers ne doit plus être la seule option" et que le Fonds "va intervenir pour aider les entreprises innovantes à franchir une étape de leur développement, avec des montants maximum de 10 millions d’euros et une participation maximale de 30 %". Ce qui était déjà le cas.

Comme pour le FSN PME, "le Fonds Ambition Numérique, intervient en actionnaire minoritaire, toujours en co-investissement avec des investisseurs privés, dans des opérations de capital-risque et de capital développement technologique. Il investit entre 1 et 10 millions d’euros par entreprise." expliquent les documents de la CDC. Une menace de financement étranger ou de départ serait donc désormais un plus dans les dossiers. Mais pas officiellement un critère déterminant.

Objectif : 40 entreprises financées

En revanche, le fonds n’est plus que de 300 millions d’euros, alors qu’il a toujours été annoncé de 400 millions d’euros. Pour l’heure ni la CDC ni le CGI n'ont expliqué la raison, ni indiqué où étaient réorientés les 100 millions manquants. Sachant que le FSN (fonds pour la société numérique) ne cesse de voir ses crédits réorientés en fonction des priorités du moment. Le changement de nom ne serait-il qu’un prétexte ?

Pourtant, le fonds est plutôt bien parti. En 18 mois, l’équipe de Véronique Jacq (6 investisseurs), a investi dans 14 entreprises, dont 13 connues (TalentSoft, Systancia, Compario, Bonitasoft, Wallix, Avencall, Eblink, Delfmems, Netatmo, linkCare Services, Lekiosk, Geolid et Recommrce), pour un total de 33 millions d’euros. Et l’objectif est d’arriver dans les trois années à 40 entreprises financées.

Pour les entreprises qui voudraient en faire partie, la CDC a publié, le 17 juin sur son site, un appel à manifestations d’intérêt simplifié, qui "précise la stratégie d’investissement du fonds FSN PME, le Fonds Ambition Numérique, et les modalités de présentation des projets portés par les entreprises." Vite, car si au prochain bilan le fonds diminue encore, la sélection des dossiers va être encore plus rude.

Aurélie Barbaux

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.