Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le fonds américain Marlin Equity Partners injecte 200 millions d'euros dans la fintech iBanFirst

Marlin Equity Partners devient l'actionnaire majoritaire d'iBanFirst. Le fonds américain a injecté 200 millions d'euros dans cette start-up franco-belge spécialiste des paiements B2B multidevises. Ces fonds seront alloués au développement technologique, à l'expansion internationale et aux initiatives de fusions-acquisitions.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le fonds américain Marlin Equity Partners injecte 200 millions d'euros dans la fintech iBanFirst
Le fonds américain Marlin Equity Partners injecte 200 millions d'euros dans la fintech iBanFirst © Michael Dolejš/Unsplash

Le fonds californien Marlin Equity Partners injecte 200 millions d'euros dans la fintech iBanFirst, spécialiste des paiements internationaux. Il devient ainsi actionnaire majoritaire de la start-up franco-belge. Dans le cadre de cet accord, Pierre-Antoine Dusoulier, CEO et fondateur d’iBanFirst, deviendra le deuxième actionnaire.

Expansion internationale
Ces fonds seront alloués au développement de nouveaux produits, à l'expansion internationale et aux initiatives de fusions-acquisitions, au Royaume-Uni en particulier. L'objectif d'iBanFirst est de se positionner comme "leader mondial des paiements transfrontaliers B2B", peut-on lire dans le communiqué. Dans cette logique, l'entreprise a ouvert un nouveau bureau à Munich et un centre de R&D supplémentaire à Tunis au second semestre de l'année 2020.

iBanFirst a été créée à Paris en 2013. Elle a développé une plateforme bancaire qui permet aux entreprises, les PME internationales en premier lieu, de réaliser des transactions multidevises rapides et sécurisées. En pratique, elle propose des solutions de paiement et un ensemble de services financiers qui ciblent les besoins opérationnels quotidiens des PME et des ETI pour leur permettre de payer et recevoir des paiements quelle que soit la devise, couvrir leurs risques de change et financer leur développement international en temps réel.

Cette fintech a le statut d'entreprise française réglementée par la Banque Nationale de Belgique en tant qu’établissement de paiement habilité à exercer dans toute l’Union européenne. Elle sert aujourd'hui des milliers de clients en Europe.

Trois levés pour 46 millions d'euros
Depuis sa création, iBanFirst a levé 46 millions d'euros auprès de Xavier Niel ainsi que des fonds de capital-risque européens comme Elaia et Bpifrance Large Venture lors de trois tours de table successifs. Sa dernière levée de fonds de 21 millions d'euros date de juin 2020.

Désormais, iBanFirst veut continuer à s'étendre en Europe. Après l'Allemagne, elle envisage de se développer en Europe centrale et en Europe de l'Est au cours des prochains mois. Elle ambitionne de générer la majorité de son chiffre d'affaires sur des marchés étrangers d'ici 2025.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.