Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Guerbet s'allie avec IBM Watson Health pour la détection des cancers de la prostate

Le 24 septembre 2019, l'entreprise française Guerbet, spécialisée dans l'imagerie médicale, et IBM Watson Health ont conclu un accord sur le développement et la commercialisation d'un outil d'imagerie médicale combiné à une solution d'intelligence artificielle (IA) capable de diagnostiquer plus rapidement un cancer de la prostate.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Guerbet s'allie avec IBM Watson Health pour la détection des cancers de la prostate
Le cancer de la prostate est le deuxième cancer le plus fréquent chez les hommes. © Cassandra Meyers

Le cancer de la prostate est le deuxième cancer le plus fréquent chez les hommes, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette maladie est responsable de 10% des décès par cancer, ce qui la place au quatrième rang des cancers les plus mortels pour les deux sexes confondus. Une étude clinique publiée dans la revue The Lancet, en 2017, a démontré que "le recours à l'IRM multiparamétrique avait permis d'éviter 27% de biopsies et de détecter 18% de cancers supplémentaires".
 

Un diagnostic plus rapide
C'est sur ce constat que l'entreprise française Guerbet, spécialisée dans les solutions pour l'imagerie médicale diagnostique et interventionnelle, et IBM Watson Heath ont conclu un partenariat le 24 septembre 2019. L'objectif de cet accord est de développer et de commercialiser main dans la main d'un outil d'imagerie médicale combiné à une solution d'intelligence artificielle (IA) capable de diagnostiquer plus rapidement un cancer de la prostate.
 

 

Cet outil est particulièrement destiné aux radiologues et oncologues qui pourront "identifier les cancers nécessitant un traitement rapide et ceux qui nécessitent seulement une surveillance active". L'un des buts est ainsi d'éviter les biopsies inutiles qui peuvent entraîner douleurs, saignements, infections et qui passent parfois à côté d'une masse cancéreuse. "La biopsie actuelle peut être inexacte parce que les échantillons de tissus sont pris au hasard", expliquait le Docteur Hashim Ahmed dans les pages de Science et Avenir, auteur principal de l'étude publiée dans The Lancet précédemment mentionnée.
 

Eviter les biopsies inutiles
Concrètement, l'étude montre les examens par IRM multiparamétriques fournissent des informations sur la taille du cancer, la densité de ses cellules et ses liens avec la circulation sanguine. En intégrant un programme d'IA, les médecins pourront "proposer la stratégie thérapeutique la plus adaptée à chaque patient".
 

Ce n'est pas la première fois que ces deux entreprises collaborent. Un premier accord avait déjà été signé en juillet 2018 entre le spécialiste de l'imagerie médicale et la solution Cloud d'IBM dédiée au monde médical pour le cancer de la prostate. Les retours d'expérience devront permettre d'améliorer cette nouvelle solution.
 

IA et radiologue, main dans la main

L'intelligence artificielle devient peu à peu le copilote des radiologues. Elle peut attirer l'attention du spécialiste sur une partie de l'image qui pose problème et ainsi réduire le temps de traitement des IRM.

Une étude, publiée dans la revue JAMA le 22 mars 2019, montre le potentiel de l'IA dans la lecture de radiographie du thorax. L’algorithme a d’abord été entraîné sur 54 221 radios normales et 35 613 radios anormales. Ses performances ont ensuite été comparées à celles de quinze médecins, dont dix radiologues, sur plus d’un millier de radiographies (468 normales et 529 anormales) fournies par cinq hôpitaux. Résultat : l'IA est beaucoup plus rapide. Mais attention : le médecin reste important car c'est lui qui devra expliquer au patient s'il y a corrélation ou non entre l'anomalie radiologique et la symptomatologie.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media