Actualité web & High tech sur Usine Digitale

Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le français Immersion lance le "Airbnb de la réalité virtuelle" pour mieux rentabiliser les CAVE

La pépite bordelaise Immersion vient de dévoiler vr-bnb, un service de location d'équipements de réalité virtuelle conçu sur le modèle d'Airbnb. Il compte par ce biais profiter du boom du marché des casques VR grand public pour démocratiser l'utilisation des CAVE, ces salles immersives coûteuses réservées aux très grandes entreprises.

mis à jour le 14 décembre 2016 à 11H58
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le français Immersion lance le Airbnb de la réalité virtuelle pour mieux rentabiliser les CAVE
Le français Immersion lance le "Airbnb de la réalité virtuelle" pour mieux rentabiliser les CAVE © Immersion

L'intégrateur bordelais Immersion annonce ce mercredi 14 décembre le lancement d'une nouvelle plateforme de location d'équipements de réalité virtuelle. Baptisée "vr-bnb", elle se veut une référence au service de location d'appartements Airbnb dont elle s'inspire largement. La différence est que vr-bnb se destine aux professionnels, avec des tarifs allant de 400 à 4000 euros selon la durée, le type d’équipement, l'expertise mise à disposition et la qualité de l’expérience.

 

Le procédé est autrement le même : une entreprise propriétaire met une annonce en ligne avec les informations adéquates (nature du lieu, prix, accessibilité, capacité, dates de disponibilité...) et un locataire peut ensuite sélectionner et louer pour une période définie (typiquement pas plus d'une journée). Le paiement est géré directement par la plateforme, qui prélève un pourcentage au passage. Un système de notes est aussi présent pour recommander (ou pas) un utilisateur. Le service est d'ores et déjà disponible sur le web, et une application mobile est en cours de développement.

 

Mieux rentabiliser les équipements

Le premier client de vr-bnb est Alstom. Son Digital Collaborative Innovation Manager, Carles Coca-Mascorda, met en avant le double intérêt du système pour l'industriel. "Pouvoir louer une salle de réalité virtuelle à travers le monde en quelques clics et disposer d’un moyen de visualisation au plus près de nos clients et prospects nous permettra de gagner en fluidité et en compétitivité, explique-t-il. Et en tant que loueur, cela financera une partie de la maintenance ou de l’achat de nouveau matériel pour notre Virtual Reality Center". Le centre Si-Lab de Lille, qui se spécialise dans le retail, sera aussi présent dès le lancement de la plateforme.

 

L'intérêt pour ces grands industriels est aussi de mieux rentabiliser leurs équipements, dont certains ne sont par exemple utilisés que 10% du temps. Christophe Chartier, co-fondateur et PDG d'Immersion, nous a confié dans un entretien téléphonique qu'une centaine de salles seraient disponibles au lancement. "Nous avons 50 accords principaux pour le moment. Tous les grands industriels sont intéressés, et aucun n'y a vu de problème administratif ou juridique." Le dirigeant se donne 90 jours pour enrichir la plateforme au maximum avant son lancement effectif courant mars.

 

Evangéliser les CAVE

Si la PME axe sa communication sur les casques de réalité virtuelle grand public, dont le marché est actuellement en pleine expansion, elle cherche surtout à démocratiser l'utilisation des "CAVE" (Cave automatic virtual environment), des salles de réalité virtuelle utilisant des projecteurs sur trois murs couplés à un système de tracking optique. Celles-ci étaient il y a encore 5 ans l'apanage de la réalité virtuelle, mais leur coût (de quelques centaines de milliers d'euros à plusieurs millions) les limitaient aux industriels du CAC40.

 

Le problème pour Immersion, qui a bâti son business autour de l'intégration de CAVE, est que l'arrivée des casques grand public préfigure le déclin de ces systèmes très haut de gamme, même s'ils bénéficient encore de certains avantages par rapport aux premières générations de casques (par exemple, en matière de résolution d'affichage ou de colorimétrie). Ils ne sont aussi par nature accessibles qu'à un nombre très restreints de clients, contrairement aux casques. "Nous voulons rendre les CAVE plus visibles, plus accessibles, explique Christophe Chartier. Aller au-delà des grands industriels et des centres de recherche, toucher des sociétés de tailles inférieures et leur faire découvrir ces technologies. Si nous avions mis un CAVE en photo pour promouvoir le service, nous n'aurions pas pu accéder aux clients qui nous intéressent."

 

Faciliter la collaboration... et mettre en avant ses services

Dans les faits, seront disponibles sur vr-bnb des équipements variés qui iront des casques de réalité virtuelle et augmentée jusqu'aux CAVE en passant par des salles de réunions connectées haut de gamme ou même des dispositifs de visualisation 3D transportables (projetant une image sur un mur). Immersion espère aussi mettre en place un système de conciergerie qui ira plus loin que la simple location de salles (accompagnement, formation, etc.). L'utilisation d'un CAVE par exemple nécessite une certaine expertise technique et le Bordelais se voit déjà comme un facilitateur de partenariats et collaborations internationales.

 

L'autre aspect derrière vr-bnb pour Immersion est la mise en avant de sa plateforme collaborative Shariiing, qui permet de créer un environnement de travail partagé réunissant différents types d'équipements, de la simple tablette au CAVE en passant par Microsoft HoloLens ou Surface Hub. Si vr-bnb s'avère un succès, il poussera les constructeurs à adopter Shariiing comme un standard pour l'interopérabilité, assurant la pérennité d'Immersion.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media
Suivez-nous Suivre l'Usine Digitale sur twitter Suivre l'Usine Digitale sur facebook Suivre l'Usine Digitale sur Linked In RSS Usine Digitale