Le French Cyber Booster sur sa rampe de lancement entre Rennes et Paris

Lauréat du Grand Défi Cyber, ce nouveau dispositif veut booster, sous la forme d’un start-up studio, la création de nouvelles entités dans la cyber en France.

Partager
Le French Cyber Booster sur sa rampe de lancement entre Rennes et Paris
Regroupant la French Tech et la Technopole, Le Poool est installé au Mabilais.

Accompagner dans les trois ans la création de plus de 30 nouvelles start-ups en France dans le domaine de la cyber, tel est l’ambition du French Cyber Booster. Ce start-up studio est porté par plusieurs structures, dont Le Poool regroupant la technopole de Rennes et l'opérateur de la French Tech sur le territoire Rennes-Saint Malo.

Y sont aussi associés les sociétés de capital-risque Go capital et Axeleo capital, présent également dans le projet via son propre accélérateur Axeleo. Le French Cyber Booster vient d’être sélectionné par l’Etat dans le cadre de l'appel à manifestation d'intérêt national du Grand défi cybersécurité.

La première promotion du French Cyber Booster sera lancée, à l’échelle nationale, courant 2021 avec deux points d’ancrage à Rennes et Paris. "Notre but au sein du French Cyber Booster sera de recruter les meilleures équipes tech et business pour donner naissance à la future génération de start-ups cyber", explique Daniel Gergès, le directeur général du Poool.

Un nouveau fond en pré-seed
Dans une logique d’action rapide, ce dispositif ciblera notamment les porteurs de projets et experts de la cyber dans les phases d’anté-création et d’incubation. Chaque start-up nouvellement créée pourra bénéficier d’un investissement d’un minimum de 150 000 euros.

Il sera opéré un nouveau fond de pre-seed créé spécifiquement et doté à terme de 10 millions d'euros à terme. Le French Cyber Booster s’inscrit en amont des fonds d’amorçage actuels du marché, et en synergie avec les autres dispositifs existants déployés par l’Etat, les régions et les autres collectivités locales.

En lien avec l’écosystème
Pour Daniel Gergès, l’idée est aussi à Rennes de s’appuyer sur la forte dynamique locale existante sur la filière cyber aussi bien civile que militaire. Outre le Ministère des Armées et la DGA qui y déploient la Cyber Défense Factory,et sont impliqués dans le Pôle d’Excellence Cyber initié par la région, le bassin rennais regroupe des compétences industrielles et académiques en la matière.

La dynamique est portée des PME comme Diateam, Secure-IC, Ariadnext ou encore Glimps qui a récemment bouclé une levée de fonds de 6 millions d'euros. S’y ajoutent des laboratoires et structures d’enseignement supérieur dont certaines s’inscrivent dans la Cyberschool Présentée, la seule école universitaire de recherche en cybersécurité en France qui a ouvert à la rentrée 2020.

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER L'Usine Digitale

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

ARTICLES LES PLUS LUS