Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le géant américain Honeywell s'attaque au marché des taxis volants et drones autonomes de transport

Vu ailleurs Honeywell lance une nouvelle division spécialisée dans les systèmes aériens de navigation sans pilote. Le géant industriel américain estime que le marché du matériel et des logiciels pour les taxis aériens urbains, les services de livraison par drone et des autres cas d'usage de cette technologie atteindra 120 milliards de dollars d'ici 2030.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le géant américain Honeywell s'attaque au marché des taxis volants et drones autonomes de transport
Le géant américain Honeywell s'attaque au marché des taxis volants et drones autonomes de transport © Honeywell

Le groupe industriel Honeywell, dont les activités touchent aux industries de l'aviation, du spatial, de l'énergie, de la construction ou de la science des matériaux, annonce le 15 juin 2020 le lancement d'une nouvelle division spécialisée dans les systèmes aériens de conduite autonome. Honeywell ne construira pas de drones lui-même, se concentrant plutôt sur les systèmes de pilotage.

Un marché de 120 milliards de dollars

Stéphane Fymat, un vétéran de l'aéronautique, sera à la tête de cette nouvelle unité. Il a expliqué à Reuters qu'il s'attend à ce que le marché du matériel et des logiciels pour les taxis volants, les services de livraison par drone et autres cas d'usages dans ce secteur atteigne 120 milliards de dollars d'ici 2030. Honeywell vise une part de marché représentant environ 20 % de ce montant.

Le dirigeant a également déclaré que cette nouvelle unité travaillait actuellement sur un projet pilote basé sur l'utilisation de QR codes pour l'atterrissage autonome. Elle développe par ailleurs un système destiné à aider les avions à naviguer dans les "canyons urbains", ces endroits où le GPS ne fonctionne pas à cause de l'encaissement entre les bâtiments.

Parmi les clients d'Honeywell figure la start-up allemande Volocopter, à l'origine de l'aéronef eVTOL VoloCity, et l'entreprise britannique Vertical Aerospace, qui a testé l'année dernière un prototype de véhicule pouvant transporter 250 kilogrammes et voler à 80 kilomètres à l'heure. Honeywell Venture Capital a également investi dans AirMap, un système de contrôle du trafic aérien sans pilote pour les drones, et dans la société suisse Daedalean qui développe un système de vol autonome. "Nous n'essayons pas de parier sur qui aura le meilleur drone. Nous voulons vendre aux drones de chacun" a déclaré Murray Grainger, directeur de Honeywell Venture.

La livraison par drone boostée par la pandémie

Cette annonce intervient alors que la pandémie de Covid-19 a provoqué un regain d'intérêt pour les services de livraisons par drone. Bloomberg affirmait début avril que Wing, filiale d'Alphabet, connaissait une augmentation spectaculaire du nombre de client utilisant son service de livraison par drone depuis le début de la pandémie de Covid-19. Ce service, déployé depuis octobre 2019 dans la ville de Christiansburg en Virginie, a plus que doublé son nombre de livraisons depuis le début de la crise sanitaire.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media