Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le gouvernement dévoile un plan d'un milliard d'euros pour faire émerger des pépites de la cybersécurité

Le gouvernement vient d'annoncer l'attribution d'une enveloppe d'un milliard d'euros, dont 720 millions de financements publics, au secteur de la cybersécurité. Les chantiers sont nombreux : booster la recherche, créer de l'emploi, fédérer la filière, faire émerger des pépites... Le tout dans un contexte d'explosion du nombre d'attaques informatiques, qui ciblent en particulier les hôpitaux, déjà affaiblis par la pandémie de Covid-19.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le gouvernement dévoile un plan d'un milliard d'euros pour faire émerger des pépites de la cybersécurité
Le gouvernement dévoile un plan d'un milliard d'euros pour faire émerger des pépites de la cybersécurité © Cédric O/Twitter

A l'issue d'une visioconférence avec les équipes des hôpitaux de Dax et de Villefranche-sur-Saône qui sont victimes d'une attaque informatique, le président de la République Emmanuel Macron a présenté la stratégie nationale pour la cybersécurité.

Faire émerger des champions
Ainsi, une enveloppe d'un milliard d'euros, dont 720 millions de financements publics, doit permettre de remplir deux objectifs à l'horizon 2025 : faire émerger des champions français et garantir la maîtrise des "technologies essentielles" pour la souveraineté. Cette stratégie va être pilotée par William Lecat, ancien chef de département spécialisé dans les outils de cyberdéfense au sein de la Direction générale de l'armement, nommé coordinateur national.

Le montant de cette enveloppe est alloué à 5 grands chantiers prioritaires. Le premier est le développement de solutions souveraines et innovantes de cybersécurité, auquel est attribué 515 millions d'euros dont 290 millions de financements publics. Il s'agit de soutenir la recherche et l'innovation pour assurer une maîtrise sur les technologies d'avenir en cybersécurité. Est notamment prévue la création d'un incubateur de start-up de cybersécurité pour un budget de 50 millions d'euros.

Le Centre d'énergie atomique (CEA), le Centre national de la recherche scientifique (CNRS) et l'Institut national de recherche en sciences et technologies du numérique (Inria) ont été mandatés pour piloter un programme de recherche doté d'une enveloppe de 65 millions d'euros.

Fédérer les acteurs dans le Cyber Campus
Le deuxième chantier est dédié au renforcement "des liens et synergies" entre les acteurs de la filière cyber, qui se voit attribuer une enveloppe de 148 millions d'euros, dont 74 millions d'euros de financements publics. Cet axe vise à mieux fédérer l'écosystème de la cybersécurité en France par la mise en place d'un lieu, le "Cyber Campus". Cet espace commun d'environ 20 000 mètres carrés, installé dans la tour ERIA à la Défense, abritera 800 personnes issus du secteur, des acteurs publics, des industriels et des acteurs de la recherche publique.
 


Ce lieu, qui sera décliné au niveau régional, doit favoriser l'émergence de solutions globales aptes à concurrencer les offres étrangères sur le même segment de marché. Le gouvernement espère tripler le chiffre d'affaires de la filière d'ici à 2025, passant de 7,3 milliards d'euros à 25 milliards d'euros. 

Augmenter le budget de l'Anssi
Le plan national prévoit également un chantier dédié à la sensibilisation au risque cyber et la mise en valeur l'offre française. Une enveloppe de 176 millions d'euros est consacré à la réalisation de ces objectifs. Le Forum International de la Cybersécurité (FIC) de Lille, qui a dû être reporté à plusieurs reprises à cause du Covid-19, doit devenir un événement de référence au niveau mondial. En parallèle, le budget de l'Agence nationale de la sécurité des systèmes d'information (Anssi) va être renforcé grâce à une enveloppe de 136 millions d'euros

Les start-up jouent "un rôle central dans la construction de l'offre de cybersécurité français", note le gouvernement. C'est la raison pour laquelle un financement public de 200 millions d'euros, à travers des outils de financement du programme d'investissement d'avenir (PIA), doit permettre de financer l'écosystème français dans les 5 années à venir. Ces fonds doivent s'inscrire dans le prolongement des fonds FrenchTech Souveraineté, ambition amorçage angels, ambitions numériques ou encore FrenchTech Speed de Bpifrance. Le gouvernement souhaite ainsi faire émerger trois licornes françaises, c'est-à-dire des start-up dont la valorisation dépasse le milliard d'euros. 

Doubler le nombre d'emplois
Enfin, le plan contient un volet "formation". La stratégie propose d'établir "un meilleur diagnostic" des formations et des métiers existants ainsi que d'adapter les formations à tous les niveaux pour répondre au besoin. Elle prévoit également une multiplication des masters spécialisés, du nombre de doctorants et des formations courtes à destination des professionnels. Le gouvernement espère doubler le nombre d'emplois dans la filière, passant de 37 000 à 75 000, à l'horizon 2025.

Le chantier est donc immense et s'inscrit dans un contexte d'explosion inquiétante des cyberattaques. Le nombre de ransomwares traités par l'Anssi a pratiquement été multiplié par 4 entre 2019 et 2020, passant de 54 à 192. Une tendance qui s'accélère depuis le début de l'année : les hôpitaux français ont subi au moins une attaque par semaine, d'après le secrétaire d'Etat au Numérique Cédric O.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.