Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

L'Arcep confirme que les enchères pour la 5G auront lieu en septembre

L'Arcep confirme le nouveau calendrier évoqué par Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie et des Finances : les enchères 5G pour les 110 MHz restants auront lieu en septembre pour de premiers déploiements commerciaux d'ici la fin de l'année. Ces enchères, qui devaient initialement avoir lieu en avril, ont été décalées en raison de la crise liée à la pandémie de Covid-19.
mis à jour le 11 juin 2020 à 18H09
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

L'Arcep confirme que les enchères pour la 5G auront lieu en septembre
Agnes Pannier Runacher, secrétaire d'Etat aupres du ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire. © Guittet Pascal

Mise à jour 11/06/2020 : L'Arcep reprend le calendrier évoqué par Agnès Pannier-Runacher pour la 5G. L'autorité de régulation a annoncé que les enchères pour l’attribution des 11 blocs de 10 MHz encore disponibles dans la bande 3,4 - 3,8 GHz débuteront entre le 20 et 30 septembre. Puis une seconde enchère pour le positionnement des fréquences des lauréats dans la bande aura lieu en octobre. L'ouverture commerciale de la 5G devant ensuite se faire à l’initiative des opérateurs d'ici la fin de l'année.

Article original : Les enchères pour les bandes de fréquences restantes attribuées à la 5G pourraient avoir lieu en septembre. Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, déclare dans une interview publiée dans Le Figaro vendredi 5 juin 2020 : "Notre objectif, et j’en ai fait part à l’Autorité de régulation des télécoms (Arcep), est que les enchères soient lancées rapidement. Septembre est un objectif raisonnable, compte tenu des contraintes".

Les attributions en octobre

Agnès Pannier-Runacher précise vouloir attribuer les 110 MHz restants en octobre pour que le déploiement des premiers services commerciaux se fasse en décembre. Le président de l'Arcep, Sébastien Soriano, doit encore donner sa réponse sur ce nouveau calendrier. Pour rappel, Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free Mobile ont déjà demandés chacun un bloc de 50 MHz à prix fixe lors de la première phase d'attribution des fréquences.

La seconde phase concerne les enchères pour les 110 MHz restants. Elle devait initialement avoir lieu en avril mais a été décalée en raison de la pandémie de Covid-19. Certains, comme le patron de Bouygues Telecom, ont profité de cette crise pour demander à ce que le prix de réserve fixé par le gouvernement à 2,17 milliards d'euros soit revu à la baisse. Mais Agnès Punnier-Runacher se prononce contre lors de cette interview.

La gronde contre les effets de la 5G se fait entendre

Les enchères auront lieu malgré les inquiétudes de certains consommateurs envers le déploiement de la 5G et les hypothétiques effets néfastes que ce standard pourrait avoir sur l'environnement et la santé. Deux associations ont vu leur recours contre les textes sur l'attribution des fréquences 5G rejeté par le Conseil d'Etat. Mais le juge administratif a seulement argué que la condition d'urgence du recours n'était pas remplie.

Les arguments de ces détracteurs ne reposent généralement sur aucun fait scientifiquement avéré, mais l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) a émit quelques réserves sur certaines fréquences comme le 26 GHz. Pour l'instant, Agnès Pannier-Runacher semble seulement vouloir que la procédure d'attribution des fréquences suive son cours.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

 
media