Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le gouvernement veut expérimenter la reconnaissance faciale sur les images de vidéosurveillance

Vu ailleurs Alors que cette technologie est largement critiquée, le gouvernement veut lancer une expérimentation sur la reconnaissance faciale appliquée aux images de vidéosurveillance, pratique pour l'instant strictement interdite par le RGPD. D'une durée de six mois à un an, elle doit permettre de mesurer les performances réelles de cet outil et de trouver un juste équilibre avec la vie privée.  
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le gouvernement veut expérimenter la reconnaissance faciale sur les images de vidéosurveillance
Le gouvernement veut expérimenter la reconnaissance faciale sur les images de vidéosurveillance © Unsplash/ Alex Knight

Le gouvernement est prêt à expérimenter la reconnaissance faciale d'après les propos de Cédric O, secrétaire d'Etat au numérique, recueillis par le Parisien dans un article du 24 décembre 2019. Cette pratique est, pour l'instant, strictement interdite par le Règlement général sur la protection des données (RGPD). 

 

L'expérience se focalisera sur l'application de cette technologie aux images de vidéosurveillance pendant "six mois à un an", mais la date de démarrage n'est pas encore connue. Elle sera supervisée par "la société civile et des chercheurs". Le but est clair : mesurer "les performances réelles" et avoir "des retours sur les différents cas d'usages" de la reconnaissance faciale.

 

La tenue d'un débat citoyen

Cédric O prévoit une seconde phase au projet : la tenue d'un débat citoyen organisé sur le modèle des lois de bioéthiques. Organisés par le Comité consultatif national d'éthique, les Etats Généraux permettent aux Français de donner leur avis sur tel ou tel aspect de la science et de la médecine. Cette étape devrait permettre de "discuter des cas d'usages (…) dans la vie de tous les jours mais également en matière de sécurité" de cette technologie. Et de trouver le bon équilibre entre ces différents usages et la protection de la vie privée.

 

Le secrétaire d'Etat en est persuadé : les technologies de reconnaissance faciale ont de "toute évidence" des avantages mais présentent également "un certain nombre de risques pour les libertés publiques". Conséquence de quoi, la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) devrait être consultée. Mais le gendarme de la vie privée n'a pas attendu d'être consulter pour donner son avis.

 

La Cnil exige l'adoption de lignes rouges

Dans un document publié en novembre 2019, l'organisme a tracé une feuille de route adressée spécifiquement aux pouvoirs publics. Il réclamait alors l'adoption de "lignes rouges au-delà desquelles aucun usage, même expérimental, peut être admis" mais également que les organisateurs adoptent "une démarche sincèrement expérimentale". La Cnil rappelait de plus que "s'il peut exister des cas légitimes ou légaux d'usage de la reconnaissance, ils ne doivent pas conduire à penser que tout serait souhaitable ou possible".

 

Difficile de savoir si la Cnil va monter au créneau car le projet est encore assez flou : où seront installées les caméras, combien de personnes y participeront, quelles garanties seront appliquées, quels industriels seront impliqués…?

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.

2 commentaires

mick67
27/12/2019 10h47 - mick67

Les pratiques chinoises d'intrusion dans la vie privée et le flicage seraient-elles devenues le credo de notre gouvernement néolibéral actuel en attendant la dictature de l'extrême droite montante? Va-t'on avoir des "carnets à points" de bonne conduite civique et politique et être déchus de nos droits citoyens en cas de mauvaise conduite ? C'est un système fou qui fait froid dans le dos sur le principe, mais encore plus effrayant quand nos politiques y pensent!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

Wegscheider
27/12/2019 08h10 - Wegscheider

Totalement contre

Répondre au commentaire | Signaler un abus

 
media