Recevez chaque jour toute l'actualité du numérique

x

Le groupe hospitalier Ramsay Santé lance deux dispositifs pour améliorer la prise en charge des cancers

Les Hauts-de-France est une région particulièrement touchée par les cancers digestifs et du sein. Ramsay Santé veut améliorer la prise en charge de ces malades et vient de lancer deux projets pour y arriver. Le premier est une application mobile visant à favoriser le sport en post-traitement et le second est un dispositif de télésuivi pour monitorer les effets secondaires de la chimiothérapie.
Twitter Facebook Linkedin Flipboard Email
×

Le groupe hospitalier Ramsay Santé lance deux dispositifs pour améliorer la prise en charge des cancers
Le groupe hospitalier Ramsay Santé lance deux dispositifs pour améliorer la prise en charge des cancers © OBS

Ramsay Santé, groupe de cliniques privées présent dans 5 pays, veut améliorer la prise en charge et le suivi des patients atteints de cancer. Il vient d'annoncer par voie de communiqué le lancement de deux projets dans le cadre de l'article 51 de la loi de financement de la sécurité sociale, qui permet d'expérimenter de nouveaux dispositifs dans le secteur de la santé. 

Favoriser l'activité physique
Le premier dispositif est parti du constat que "l'introduction de l'activité physique dans le parcours de soin post-cancer présentait plusieurs limites : manques d'adhésion aux programmes mis en place, inégalité dans l'accès aux ressources, manque de coordination et de partage d'information entre les différents intervenants...", explique Aurélie Clerquin, chef de projet à l'institut de cancérologie de Lille Métropole.

Pour répondre à cette problématique, Ramsay Santé s'est associé avec la start-up Kiplin pour développer une application mobile qui propose aux patients, accompagnés d'une infirmière coordinatrice, un programme de 12 semaines alternant des "animations ludiques et connectées" et des séances d'activité physique adaptée (APA).

Le dispositif inclut un mode "visioconférence" dédié aux patients ne souhaitant ou ne pouvant se déplacer dans l'établissement de santé. Une problématique importante en pleine pandémie de Covid-19.

Une cohorte de 500 patients
D'après Kiplin, "70 % des participants augmentent ainsi leur pratique d’activité physique de plus de 50 % par rapport à leurs habitudes".  La population cible est de 500 patients ayant terminé leur traitement pour un cancer digestif ou un cancer du sein à l’hôpital prive? la Louvie?re, celui de Villeneuve d’Ascq et du Bois ainsi que la Clinique de la Victoire. 

Le second dispositif, baptisé "Metis Connect", est "un suivi digitalisé des patients à la fois pendant et en dehors des épisodes de soins", détaille Carole Micheneau, référente de la filière cancérologie chez Ramsay Santé. S'appuyant sur la solution de l'entreprise Exolis, cette application doit permettre d'initier au plus tôt un programme d'accompagnement connecté entre les actions conduites à l'Institut de cancérologie de Jean Mermoz, situé à Lyon, et à domicile. 

Une surveillance en continue des effets secondaires
"Metis Connect" sera également dédié à la mise en place d'une surveillance continue à domicile des effets secondaires des chimiothérapies. Ce monitoring doit permettre "d'adapter précocement les traitements et le recours aux soins de support", précise le groupe de santé qui ajoute que cette expérimentation va réduire les dépenses d'assurance maladie liées aux complications des prises en charge. 

Sont concernés par ce projet dont la durée est de 4 ans, les nouveaux patients pris en charge à l'hôpital de Jean Mermoz pour un cancer digestif, ce qui correspond à 500 personnes par an environ. Afin de démontrer la reproductibilité de l'expérimentation, Ramsay Santé intégrera ce dispositif dans deux autres établissements en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Réagir

* Les commentaires postés sur L’Usine Digitale font l’objet d’une modération par l’équipe éditoriale.